fbpx
Crédit photos : Reine Côté

Crédit photos : Reine Côté

Un héritage familial à saveur d’érable

MIRABEL — Depuis 1891, cinq générations de Lalande se sont succédé sur la terre familiale. Patrice Lalande, sa femme Sylvie et leurs fils Émile et Clément refont chaque printemps une tournée dans le boisé de la côte des Anges, à Mirabel, comme le faisaient leurs ancêtres.

De l’entaillage des arbres à la transformation de la sève en sirop, Patrice Lalande et Sylvie Leclerc s’investissent à plein régime dans l’érablière Aux saveurs du printemps. De janvier jusqu’à la fin avril, les semaines de 90 heures sont fréquentes, surtout depuis la multiplication des produits fins dérivés.

Pendant la période des sucres, Patrice Lalande s’affaire régulièrement devant ce bassin qui recueille l’eau d’érable pour la transformer en sirop.

Pendant la période des sucres, Patrice Lalande s’affaire régulièrement devant ce bassin qui recueille l’eau d’érable pour la transformer en sirop.

Chaque année, les Lalande mettent du cœur à l’ouvrage, heureux de partager ce moment ensemble. « Le temps des sucres, ç’a toujours été un événement, note Patrice. C’est rassembleur, c’est l’esprit de famille. C’est comme le jour de l’An des agriculteurs. »

En devenant associé dans l’entreprise en 1994, il a voulu agir différemment de ce que faisaient son père et son grand-père qui étaient surtout producteurs maraîchers et laitiers. Graduellement, il a délaissé les champs de légumes pour se consacrer à l’acériculture.

« À l’époque de mes parents, il y avait seulement quelques érables », précise-t-il. Maintenant qu’il l’a prise en main, l’érablière compte 5 500 entailles. Il l’a aussi agrémentée d’une cabane d’allure rustique en vue de plaire aux adeptes d’agrotourisme.

Sentiment d’appartenance

Sa conjointe Sylvie a grandi dans une ferme bovine à quelques kilomètres de là. « Mon grand-père venait acheter son sirop d’érable ici », lance celle qui ne croyait pas alors passer le reste de sa vie sur une terre.

Afin d’ajouter une plus-value à l’érablière, l’acéricultrice a développé, au tournant des années 2000, le volet transformation de la matière première pour ensuite vendre ses produits d’érable et de petits fruits directement à la ferme en plus de fournir une quinzaine d’épiciers régionaux. « Il faut constamment innover et se diversifier pour faire face à la concurrence », insiste-t-elle.

Au fil des décennies, la terre aura permis à la famille Lalande de tisser des liens indestructibles. Les parents de Patrice vivent toujours dans la maison voisine et donnent un précieux coup de main. Même s’ils sont encore aux études, les fils Émile et Clément effectuent différentes tâches eux aussi.

D’ailleurs, Émile étudie en écologie et envisage d’explorer le sol de la terre familiale pour y développer de -nouvelles méthodes d’exploitation. Il s’intéresse entre autres à la pisciculture. 

Une audacieuse collaboration

Depuis cinq ans, le couple Lalande-Leclerc participe aux projets d’innovation culinaires des étudiants du Collègue Lionel-Groulx, qui doivent développer un produit avec de l’eau d’érable. Cette initiative permet à ces derniers de transformer une matière première en un produit susceptible de plaire à une éventuelle clientèle. Ainsi, les étudiants ont mis au point une vinaigrette et une boisson énergétique à base d’érable. Étant eux-mêmes des gourmets, les Lalande-Leclerc aiment s’investir dans ce genre de projet qui peut mener à des créations inusitées et audacieuses.

Reine Côté, collaboration spéciale.

https://soleno.com/