fbpx
Monique Bélanger, Marcel Blais et leurs enfants ont été nommés famille agricole de l’année. Crédit : Martin Ménard/TCN

Monique Bélanger, Marcel Blais et leurs enfants ont été nommés famille agricole de l’année. Crédit : Martin Ménard/TCN

L’heure de gloire de la famille Blais

QUÉBEC – Devant 650 personnes, incluant le ministre de l’Agriculture du Québec et tout le gratin agricole, les membres de la famille Blais, de Honfleur dans Chaudière-Appalaches, ont fait leur entrée par la grande porte du chic gala de l’Union des producteurs agricoles. Sous les applaudissements sincères des invités, Monique Bélanger et Marcel Blais ainsi que leur progéniture sont montés sur scène pour être présentés comme la famille agricole de l’année.

Quelques minutes plus tôt, La Terre a réussi à se faufiler dans un local secret du Centre des congrès de Québec, où la famille attendait fébrilement qu’on vienne la chercher. « C’est bien excitant. On est fiers, c’est incroyable. On ne s’attendait pas à être nommé famille de l’année! On se sent choyés », a confié Mme Bélanger. Son mari Marcel Blais, qui a démarré cette ferme laitière non apparentée en 1969, savourait également le moment, avec un brin de nervosité. « Je me suis réveillé à 2 h du matin cette nuit et je ne me suis pas rendormi! Pour nous autres, c’est un honneur, une fierté, une belle reconnaissance », a-t-il confié, les yeux illuminés, ajoutant qu’il s’agit aussi d’un « bel hommage » pour sa municipalité.

Des travaillants

Un peu plus loin, Anick Godbout, la conjointe d’un de leurs deux fils, était tout sourire, elle qui a monté le dossier de candidature. « On voulait faire un cadeau à Marcel et Monique, pour récompenser tout leur travail et leur implication », a-t-elle dit. L’un des petits-fils, Xavier, qui étudie en agriculture, regardait ses grands-parents avec beaucoup d’admiration. « Je suis content pour eux. Ça fait reconnaître tout ce qu’ils ont fait depuis le début », a glissé le jeune homme.

Dès la fin du gala, les membres de la famille Blais planifiaient retourner immédiatement dans Bellechasse, afin d’être au poste pour la traite des 110 vaches quelques heures plus tard.

Sur le même sujet
La transmission d’un héritage fondé sur la passion et la détermination