fbpx
Les frères Éric et Styve Gauvin ont hérité de la passion de leurs parents pour l’agriculture. Photo : Alexandre D’Astous

Les frères Éric et Styve Gauvin ont hérité de la passion de leurs parents pour l’agriculture. Photo : Alexandre D’Astous

Les dignes héritiers de leurs parents

SAINT-SIMON — Éric et Styve Gauvin ont pris la relève de leurs parents Carol Gauvin et Marie-Claire Dionne à la Ferme Vindigo, de Saint-Simon, une exploitation laitière qui a toujours été à l’avant-garde. Ce côté innovateur s’est transmis de père en fils dans l’entreprise.

La famille Gauvin s’est réunie en octobre lors d’un hommage rendu à Marie-Claire Dionne pour son implication en agriculture. Photo : Gracieuseté de la famille Gauvin

La famille Gauvin s’est réunie en octobre lors d’un hommage rendu à Marie-Claire Dionne pour son implication en agriculture. Photo : Gracieuseté de la famille Gauvin

« Notre père a toujours été à l’avant-garde et il nous a transmis ça. En 1988, sa ferme a été l’une des premières au Québec à obtenir du financement pour qu’il aménage une fosse à fumier. Nos parents sont des passionnés de l’agriculture, tout comme nous le sommes. J’ai toujours eu la piqûre. Ayant grandi là-dedans, je n’ai jamais vraiment envisagé de faire autre chose », mentionne l’aîné de la famille de trois garçons, Éric Gauvin, qui a été le premier à s’établir dans l’entreprise. Avec ses frères, il vient tout juste de construire une nouvelle étable en stabulation libre de 250 pi sur 110 pi munie d’une salle de traite très moderne.

« J’ai toujours aimé les animaux, passion transmise par mon père qui passait énormément de temps à l’étable », souligne Styve. Les deux frères ont obtenu leur diplôme d’études professionnelles (DEP) en production laitière, à Saint-Hyacinthe.

Leur jeune frère Mario apporte aussi son aide dans l’entreprise familiale. Ses compétences ont été particulièrement mises à profit dans l’élaboration de la nouvelle bâtisse étant donné qu’il travaille dans le domaine de la construction. « Nous avons presque tout fait nous-mêmes, à l’exception de la structure du bâtiment. Nous avons même fait les trusts [chevrons] que nous avons installés », indique Éric.

Transition

La transition des vaches attachées à une stabulation libre s’est extrêmement bien passée. Les bêtes sont dans la nouvelle bâtisse depuis le 8 janvier et les producteurs n’ont pas eu de problème à les habituer à se rendre au salon de traite.

Une quatrième génération de Gauvin pointe à l’horizon dans l’entreprise fondée par le grand-père Adrien. Félix, 18 ans, le fils d’Éric, ira étudier à l’Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière au DEP en production laitière dans le but de joindre l’entreprise. Sa sœur Joranne, 16 ans, envisage des études en agronomie. Elle vient régulièrement à l’étable. Bien qu’encore jeunes, les trois enfants de Styve, Agathe, 12 ans, Maxence, 9 ans, et Anna, 5 ans, démontrent un certain intérêt pour les animaux. 

Un troupeau de 100 vaches

La Ferme Vindigo possède un troupeau de 100 vaches en lactation qui devrait augmenter bientôt puisque l’entreprise a acquis du quota avant de construire ses nouvelles installations. « Nous avons 134 kg de matière grasse par jour à produire. Notre moyenne de production annuelle est de près de 10 000 kg de lait par vache », indique Styve, qui gère le troupeau, tandis que son frère s’occupe de la machinerie et des champs. « On se complète bien. C’est le secret de la réussite », mentionnent les frères. L’entreprise emploie également deux personnes à temps plein et quelques autres de manière plus occasionnelle. La Ferme Vindigo cultive 600 acres de terres en culture.

Alexandre D’Astous, collaboration spéciale

https://soleno.com/