fbpx
Yohan Gadoury, son père David et son grand-père Richard Gadoury prennent soin de la Ferme Vallée Verte, que leur ont léguée leurs ancêtres. Photos : Geneviève Quessy

Yohan Gadoury, son père David et son grand-père Richard Gadoury prennent soin de la Ferme Vallée Verte, que leur ont léguée leurs ancêtres. Photos : Geneviève Quessy

Le bonheur de vivre à la ferme de père en fils

SAINT-JEAN-DE-MATHA — La Ferme Vallée Verte, à Saint-Jean-de-Matha, est dans la famille Gadoury pour y rester. Avec Yohan, 18 ans, qui compte s’y investir pour la vie, c’est une cinquième génération qui prend le relais.

Des champs verdoyants à flanc de vallée, parsemés de vaches qui broutent heureuses, c’est ce qu’on découvre au détour du chemin qui nous mène à la Ferme Vallée Verte. Ici, le grand-père, ses fils et son petit-fils se partagent les tâches qui forment le quotidien de la ferme laitière. Sur les 400 arpents de bois et de champs, ils cultivent principalement du foin et du maïs d’ensilage.

Le maître du tracteur, c’est encore Richard, le grand-père, né à la ferme et pas près de prendre sa retraite. « J’ai jamais eu envie d’aller ailleurs. J’aime tellement mon travail; c’est comme si c’était un loisir », raconte celui qui a appris l’agriculture de son père et de son grand-père.

La Ferme Vallée Verte s’appelait autrefois la Ferme Guillaume Tell, du nom du rang où elle est située à Saint-Jean-de-Matha. Elle a été fondée par Charles Gadoury en 1912, année du décès du légendaire Louis Cyr dans ce village. À l’époque, la vie économique de la région tournait autour de l’exploitation du bois.

La Ferme Vallée Verte s’appelait autrefois la Ferme Guillaume Tell, du nom du rang où elle est située à Saint-Jean-de-Matha. Elle a été fondée par Charles Gadoury en 1912, année du décès du légendaire Louis Cyr dans ce village. À l’époque, la vie économique de la région tournait autour de l’exploitation du bois.

Même si une agriculture de subsistance y était autrefois pratiquée avec quelques cochons, poules et autres animaux de basse-cour, la ferme a toujours abrité des vaches laitières. Les deux fils de Richard, Samuel et David, ont donné une deuxième vocation à l’entreprise, soit la transformation du lait en yogourt et en fromage grâce à la construction d’une fromagerie en 2013.

« Beaucoup de nos clients viennent s’approvisionner sur place. Prendre leurs aliments directement chez un producteur qu’ils connaissent, c’est une garantie de qualité. On avait à cœur d’offrir des produits du quotidien : du lait, du yogourt et du cheddar. C’est pour ça qu’on n’est pas allés vers des fromages affinés, par exemple », explique David Gadoury.

Si ce dernier touche à presque tous les aspects à la ferme, son frère Samuel, lui, se consacre principalement à la gestion et à la régie. Yohan, le fils de David, est d’ailleurs déjà bien intégré à la ferme. « Tous les matins, je fais le train. Je m’occupe de tout ce qui brise, je trouve des solutions. Sept jours sur sept, je suis là! » dit-il avec conviction.

Comme son grand-père et son père, il est né ici et compte bien y rester. « Je ne me vois pas faire autre chose », déclare le jeune homme.

Le plus naturellement possible

Les fromages et le lait entier de la Ferme Vallée Verte sont produits le plus naturellement possible, disent les Gadoury. Et ce, autant à la fromagerie, où le lait est pasteurisé à basse température pour ne pas en détruire les enzymes, que dans les champs et dans l’étable.

« Avant qu’on ne tente divers produits proposés par des agronomes, la ferme avait toujours été cultivée à l’ancienne, sans aucun produit de synthèse. Les maladies ont augmenté dans le cheptel, alors on a décidé d’arrêter tout ça et de revenir à notre méthode d’avant. Nos vaches sont bien plus heureuses comme ça », soutient David Gadoury.

https://soleno.com/