L’équipe familiale de la Ferme des Ormes : Stéphane et Jean Bourque, Josée Lanoie, Léonie et Olivier Bourque, Camille Deschenes et ses parents Michel Deschenes et Michèle Bourque. Crédit photo : Pierre Saint-Yves

L’équipe familiale de la Ferme des Ormes : Stéphane et Jean Bourque, Josée Lanoie, Léonie et Olivier Bourque, Camille Deschenes et ses parents Michel Deschenes et Michèle Bourque. Crédit photo : Pierre Saint-Yves

Une fructueuse complicité familiale

PIERREVILLE — Les cinq propriétaires de la Ferme des Ormes, de Pierreville au Centre-du-Québec, conviennent à l’unanimité que leur complicité a grandement favorisé la croissance de l’entreprise agrotouristique au cours des dernières décennies.

La ferme maraîchère a le vent en poupe depuis déjà 25 ans, lorsque l’exploitation a été reprise par cinq membres de la famille Bourque, dont deux frères et une sœur. Le groupe est en fait formé de Michèle et son conjoint Michel Deschenes, de Jean et sa conjointe Josée Lanoie et de Stéphane.

Une affaire d’équipe

Aujourd’hui, la ferme exploite 50 hectares dont un peu moins de 10 sont consacrés à l’autocueillette de petits fruits, une activité en pleine croissance. 

« On n’aurait pas été capables de gérer cette croissance s’il n’y avait pas eu un partage des affectations dans l’entreprise », explique Michèle Bourque, responsable de la comptabilité, de la vente au détail et de la gestion du personnel, charge qu’elle accomplit avec sa belle-sœur Josée, aussi responsable des tâches de la cuisine et de la promotion. Les frères Jean et Stéphane ont quant à eux la conduite des opérations aux champs.

« C’est un partage qui s’est fait tout naturellement, selon les forces de chacun », précise Michel Deschenes, également impliqué dans les activités de promotion, de gestion du personnel et de la cuisine. 

La Ferme des Ormes est présente au Marché Godefroy depuis ses débuts.

La Ferme des Ormes est présente au Marché Godefroy depuis ses débuts.

C’est sans compter la contribution grandissante des enfants de Jean, Léonie et Olivier Bourque, ainsi que de Camille Deschenes, lesquels représentent la prochaine génération à prendre la direction des opérations. « C’est certain que ça m’intéresse », annonce Olivier sans hésitation, lui qui entrera sous peu à l’École d’agriculture de Nicolet. Les deux cousines sont déjà impliquées en cuisine et dans la vente en kiosque. « Ce sont deux excellentes vendeuses parce qu’elles connaissent bien l’entreprise », précise Michèle Bourque.

En plus de la vente au magasin de la ferme, l’équipe est également présente au Marché de Drummondville et au Marché Godefroy, de Bécancour, depuis ses débuts. « On aurait pu acheter les terres des voisins et produire pour la vente en gros, mais dès le départ, c’était clair qu’on voulait faire de la vente au détail », affirme Michel Deschenes.

Le dynamisme de l’équipe explique qu’on lui ait confié la présidence d’honneur de la 20e édition de la Grande Tablée du lac Saint-Pierre, un souper gastronomique mettant en vedette les produits du terroir local, organisé à la mi-octobre à Baie-du-Febvre.

Fondée en 1860

On est bien loin des débuts de la Ferme des Ormes fondée vers 1860 par Paul Comtois, un agronome député conservateur, ministre sous John Diefenbaker puis lieutenant-gouverneur du Québec. À la mort tragique de M. Comtois dans l’incendie de sa résidence officielle de Québec, l’exploitation a été rachetée par un ami de la famille, Gérard Bourque, qui lui a donné sa vocation maraîchère. 

https://soleno.com/