fbpx
Une nouvelle étable comptant deux robots de traite a été aménagée ces dernières années.

Une nouvelle étable comptant deux robots de traite a été aménagée ces dernières années.

Fiers du passé, mais tournés vers l’avenir

SAINT-VALÉRIEN-DE-RIMOUSKI – Ghislain St-Pierre et sa conjointe Josée Perreault s’apprêtent à voir leur fils Cédric devenir copropriétaire de la Ferme Valépierre. Pour préparer l’intégration de cette sixième génération au sein de l’entreprise familiale, d’importants investissements ont été faits depuis deux ans.

Ghislain St-Pierre est un passionné d’agriculture et d’animaux depuis son tout jeune âge. « J’ai grandi là-dedans. Je n’ai jamais envisagé de faire autre chose et je ne l’ai jamais regretté », indique celui qui a étudié en agrotechnique à l’école Paul-Hubert de Rimouski. Il est pour l’instant le seul actionnaire de la Ferme Valépierre.

Cédric, 26 ans, a complété son baccalauréat en agroenvironnement à l’Université Laval en 2016. Depuis ce temps, il travaille à temps plein dans l’entreprise. Il est responsable de la gestion du troupeau laitier. Son père s’occupe de la production porcine et de la gestion générale de l’entreprise. Sa mère fait la comptabilité et s’occupe des veaux. Les trois vont à l’étable et participent aux travaux des champs.

La famille, qui compte également un employé à temps plein, exploite 300 acres de terre en culture et effectue elle-même tous les travaux, à l’exception de l’ensilage de maïs qui est confié à forfait.

Une nouvelle étable comptant deux robots de traite a été aménagée ces dernières années.

Une nouvelle étable comptant deux robots de traite a été aménagée ces dernières années.

La passion transmise

« J’ai toujours eu l’idée de finir sur la ferme. Moi aussi, j’ai la passion. J’ai toujours été proche de la terre. Mon objectif est d’augmenter le troupeau et de continuer d’améliorer son efficacité. C’est pourquoi nous sommes passés de la traite manuelle à la traite robotisée », mentionne Cédric, qui est administrateur à l’Association de la relève agricole du Bas-Saint-Laurent depuis trois ans et représentant de la relève au Syndicat des producteurs laitiers de la région. Son intégration à l’entreprise est prévue à court terme.

Ghislain a été très impliqué au sein de divers organismes agricoles au fil des années. Il a aussi été maire de Saint-Valérien de 2005 à 2009. Aujourd’hui, il demeure délégué à la coopérative Agropur.

Ghislain St-Pierre et Josée Perreault ont deux autres garçons qui œuvrent aussi en agriculture. Étienne, 28 ans, est expert-conseil au Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ). Félix, 22 ans, est classificateur pour Holstein Québec. Les deux ont étudié en production animale à l’Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière.

Deux productions

La Ferme Valépierre œuvre dans deux productions agricoles. L’entreprise exploite un troupeau laitier de 160 têtes Holstein pur sang, dont 75 vaches en lactation. Elle possède un quota laitier de 122 kg de matières grasses par jour. « Nous avons prévu la nouvelle vacherie et les deux robots de traite pour 100 vaches en lactation. Nous avons aussi mis l’emphase sur le bien-être animal. Les vaches sont en stabulation libre et les taures le seront bientôt quand nous aurons fini de transformer l’ancienne étable des vaches », indique Cédric St-Pierre. L’entreprise compte aussi deux parcs d’engraissement porcins de 1 000 places chacun produisant 6 000 porcs par année pour la Coop Purdel grâce à trois rotations annuelles.

Alexandre D’Astous, collaboration spéciale

https://www.desjardins.com/