fbpx
Laura, Nicolas et Étienne (en arrière), fière relève de Nicole Saint-Hilaire et Guy Genest (en avant). Photos : Gracieuseté de la Ferme Genest

Laura, Nicolas et Étienne (en arrière), fière relève de Nicole Saint-Hilaire et Guy Genest (en avant). Photos : Gracieuseté de la Ferme Genest

Deux siècles d’histoire agricole

SAINT-NICOLAS – En 1806, Edmond Genest et Marguerite Bergeron obtiennent un lot de 33 perches de large sur un mille et demi de long, à Saint-Nicolas, en bordure du Saint-Laurent. Ils représentent alors la 1re génération d’agriculteurs des Genest. Deux siècles plus tard, la famille est toujours là avec à sa tête Laura, qui possède désormais les 30 hectares de ferme maraîchère avec ses parents et son conjoint.

Après avoir tout perdu dans un incendie, la ferme de la famille Genest reprend vie en 1973, laissant derrière elle son passé de ferme laitière. « Mille plants de framboisiers ont été plantés. C’était le début d’une toute nouvelle aventure pour mon grand-père », raconte Laura Genest.

Après quelques années à travailler à l’extérieur, Laura est finalement revenue pour s’investir à 100 % dans la ferme familiale. En 2014, elle décide de racheter des parts à ses parents qui continuent de l’aider. « Mon père parle beaucoup aux clients et répond à leurs questions. C’est un peu notre figure de proue; son sourire fait en sorte que les gens veulent revenir », poursuit-elle. Sa mère Nicole, quant à elle, prend tranquillement sa retraite, mais elle reste active et continue de mettre sa touche dans la transformation des produits. Son frère aîné Nicolas donne un coup de main ponctuel pour l’aspect informatique de l’entreprise. Quant à Étienne, son autre frère, il souhaite prendre la relève dans les années futures.

La ferme accueille des familles et des écoliers depuis plus de 40 ans, une idée de Nicole, la mère de Laura.

La ferme accueille des familles et des écoliers depuis plus de 40 ans, une idée de Nicole, la mère de Laura.

Tous ensemble, ils ont appris à s’adapter et à traverser les obstacles : agrandissement du terrain, du kiosque et de la cuisine, boutique en ligne, livraison à domicile… La pandémie a notamment accéléré leurs échéances. « On a aussi décidé de rester ouvert à l’année. C’est une grande nouveauté! » se réjouit Laura.

D’après elle, c’est le travail en famille « tricotée serrée » qui explique le succès de la ferme depuis tant d’années. « La synergie opère, on ne se marche pas sur les pieds. On est extrêmement liés et ça aide énormément à avancer. Je ne serais pas passée au travers sans ma famille », confie l’agricultrice. Et la lignée n’est pas près de s’arrêter. Chez les Genest, les « petits » repas de famille se déroulent à 14 personnes, et plusieurs sont déjà intéressés par l’univers agricole.

« Mon neveu de 14 ans a commencé à travailler avec nous cet été, puis ma fille de deux ans veut déjà faire la caisse avec moi, conclut Laura. Y a de bonnes chances que ça reste dans la famille! »

Des pionniers en éducation

Les activités d’apprentissage et les visites à la ferme font partie de l’ADN de la famille Genest. En effet, la ferme accueille des familles et des écoliers depuis plus de 40 ans, une idée de Nicole, la mère de Laura. « Certains disent qu’on était pionniers dans le domaine », explique Laura. C’est d’ailleurs pour cette raison que la Ferme Genest s’est aussi dotée de la dénomination « Genest, la ferme cultivée » il y a une dizaine d’années. « Les gens viennent apprendre sur l’agriculture, sur la culture des fruits, les impacts sur l’environnement, etc. », ajoute-t-elle. Hors COVID, la ferme accueille 400 000 personnes chaque année. 

Léa Villalba, collaboration spéciale

https://www.desjardins.com/