fbpx

Deux frères qui font la paire

Olivier et Jean-Christophe Barbeau constituent la 5e génération à la tête des Terres maraîchères Barbeau, à Saint-Michel. Si les deux frères forment aujourd’hui un duo inséparable, tant au travail que dans leur quotidien, c’est qu’ils ont pu chacun trouver leur voie pour faire face au meilleur comme au pire.

La complicité est palpable entre les deux pères de famille qui pilotent l’entreprise spécialisée dans la production d’oignons verts et jaunes ainsi que de coriandre et de persil. Ils affirment ne jamais se disputer ou du moins, juste une fois de temps en temps, sur la glace, au hockey.

Voici la collation préférée de Raphaël. Photo : Gracieuseté de la famille Barbeau

Voici la collation préférée de Raphaël. Photo : Gracieuseté de la famille Barbeau

À la ferme, Olivier est essentiellement responsable des ventes et du personnel pendant que Jean-Christophe s’occupe des tâches reliées aux cultures, et ce, des semis jusqu’aux récoltes. « Moi, je fais l’argent et lui [Jean-Christophe] il le dépense », dit à la blague Olivier, ce qui déclenche automatiquement le rire de son frère.

Avant que leur père Richard décide de leur passer le flambeau en 1998, l’avenir de l’entreprise aurait pu être bien différent. « Quand j’étais plus jeune, je ne tripais pas sur la terre, du tout du tout », confie Olivier, sans filtre. Mais pour son frère Jean-Christophe, c’était tout le contraire. Heureusement, ils ont eu chacun l’occasion de développer leur spécialité avec l’appui de leur père. Ce qui fait qu’aujourd’hui, « on dîne ensemble, on prend les grosses décisions ensemble et on joue même au hockey ensemble », mentionne Olivier.

Et leur père n’est jamais bien loin, même s’il n’a plus autant d’énergie qu’avant. « Il trouve encore du plaisir à s’impliquer, souligne Jean-Christophe. Quand il est en Floride, il regarde les caméras [de la ferme] et nous appelle. Il s’ennuie de ne pas être ici. »

Se relever des microrafales

Si l’entreprise a connu une croissance soutenue au cours des dernières années, tout n’a pas toujours été rose sur la terre de Saint-Michel. En 2012, pas moins de 20 hectares en cultures ont été sacrifiés, les plants d’échalotes ayant été complètement rasés par des microrafales de vent. « Ça nous a maganés pas mal », affirme Olivier, estimant les pertes à plus d’un demi-million de dollars.

Lors du passage de La Terre en octobre, la météo annonçait des rafales jusqu’à 100 km/h accompagnant les orages qui faisaient rage. Olivier et Jean-Christophe craignaient que le scénario d’horreur se répète. Heureusement, cela ne s’est pas produit.

Fou de coriandre!

L’un des enfants de Jean-Christophe, Raphaël, est sans contredit le meilleur porte-­parole de la coriandre produite aux Terres maraîchères Barbeau. À ses yeux, un gros bouquet de coriandre accompagné d’un bon grand verre d’eau constitue la collation parfaite, raconte son père sur un ton rieur.

Le garçon de sept ans, toujours prêt à divertir les employés de la ferme, sera peut-être même un candidat à la relève de l’entreprise. « Raphaël pourrait passer sa journée à se promener en tracteur. Il est déçu quand je ne l’emmène pas avec moi les samedis », raconte Jean-Christophe.

https://soleno.com/