fbpx
Jean-Marc Lacroix dans l’une des serres de l’entreprise familiale en compagnie de son fils Gérald, de sa bru Linda et de ses petits-enfants Jean-François, Marie-Michèle et Marc-Olivier. Crédit photos : Geneviève Quessy

Jean-Marc Lacroix dans l’une des serres de l’entreprise familiale en compagnie de son fils Gérald, de sa bru Linda et de ses petits-enfants Jean-François, Marie-Michèle et Marc-Olivier. Crédit photos : Geneviève Quessy

Des fleurs de père en fils et fille

LAVAL — L’équipe de J.M. Lacroix & Fils se complète bien, car chacun effectue des tâches distinctes. « On peut y arriver seuls, mais à plusieurs on va plus loin », résume Marc-Olivier Lacroix. Des valeurs de vie bien ancrées chez les membres de cette famille d’horticulteurs travaillant collectivement à exploiter leur terre lavalloise depuis quatre générations.

Depuis bientôt 100 ans, les Lacroix cultivent leur lopin de terre. Les générations s’y côtoient en harmonie et ensemble, elles font pousser de magnifiques plantes annuelles qui garnissent cours et balcons de la province.

Quand Jean-Marc Lacroix a acheté la terre de son père avec son épouse Lise, en 1969, l’activité principale à la ferme était la culture maraîchère. « On produisait des légumes et on avait quelques animaux pour nourrir la famille », raconte le patriarche.

C’est dans cet environnement que son fils Gérald a grandi, près de ses grands-parents qui vivaient dans la maison d’à côté, une tradition qui se répète aujourd’hui. À son tour, Gérald a pris la relève en acquérant d’abord des parts en 1984, puis 10 ans plus tard, la terre au complet. « Ses parents nous ont tout appris du métier. On ressent beaucoup de gratitude pour ça », mentionne son épouse Linda.

La spécialité des Lacroix : les fleurs annuelles.

La spécialité des Lacroix : les fleurs annuelles.

Leurs trois enfants Jean-François, Marie-Michèle et Marc-Olivier ont grandi en jouant dans les champs. « Ils arrivaient de l’école, lançaient leur sac à dos et couraient nous rejoindre », se souvient Linda. Le travail à la ferme, ils l’ont appris en s’amusant. Il était évident qu’ils allaient y œuvrer plus tard.

« Un peu malgré eux, ils ont développé cette passion. Ça, tu l’as ou tu l’as pas, et on l’a tous! Des matins, on regarde les serres en fleurs et on a les larmes aux yeux tellement c’est beau. Ça paraît incroyable que toute cette vie soit le fruit de notre travail », raconte Gérald.

La vocation de la ferme a tranquillement évolué. Les tomates en serre ont remplacé celles des champs, puis, un jour, les fleurs ont pris toute la place. Aujourd’hui, 400 000 pieds carrés de serres couvrent complètement la terre des Lacroix, qui louent aussi des serres supplémentaires ailleurs.

« On envisage de trouver une production complémentaire, principalement pour maximiser l’usage de nos serres et donner du travail à nos employés, parce que fin juin, les fleurs partent et nos serres sont vides durant plusieurs mois », explique Gérald. Une réflexion que les Lacroix mènent en famille, car la 4e génération est déjà impliquée dans la ferme. 

4e génération à l’œuvre

La 4e génération des Lacroix a toujours su qu’elle s’engagerait activement dans la ferme familiale. Alors que Jean-François partait étudier l’horticulture à Saint-Hyacinthe pour revenir avec de nouvelles connaissances, son frère et sa sœur terminaient leur secondaire pour joindre leurs parents dans les serres. « Mes études ont été particulièrement utiles pour nous mettre à jour dans les technologies de contrôle des ravageurs », dit Jean-François.

Marie-Michèle a tranquillement pris les rênes de la gestion et de la comptabilité, tandis que Marc-Olivier et Jean-François ont touché à tout pour se retrouver aujourd’hui responsables du personnel, des plantations, de la gestion de l’irrigation et du climat dans les serres.

https://soleno.com/