fbpx
Réal Gauvin sur le terrain de sa maison de Saint-Jean-Port-Joli. Photos : Maurice Gagnon

Réal Gauvin sur le terrain de sa maison de Saint-Jean-Port-Joli. Photos : Maurice Gagnon

Réal Gauvin, toujours actif après la politique

SAINT-JEAN-PORT-JOLI — Réal Gauvin a été député libéral de Montmagny-L’Islet (aujourd’hui Côte-du-Sud) à l’Assemblée nationale du Québec de 1985 à 2003. Toujours actif dans l’entreprise familiale, il partage son temps entre sa résidence de Saint-Adalbert et celle de Saint-Jean-Port-Joli où il savoure les joies d’une semi-retraite avec son épouse, Denise.

Né dans l’une des plus belles exploitations de Saint-Adalbert que son père avait achetée de son grand-père maternel, M. Gauvin reconnaît avoir eu une enfance heureuse. Il a vécu à la ferme jusqu’à l’âge de 18-19 ans. « C’est mon frère qui a pris la relève alors que je me suis plutôt dirigé vers les affaires », dit-il. 

Comme son père réalisait des contrats forestiers en hiver avec la Robinson Lumber Company, le jeune Réal a commencé à travailler avec lui. Son premier véritable emploi – qu’il a occupé de 1958 à 1962 – a été pour une entreprise forestière, l’Oxford Paper Company, à Rumford, dans le Maine. Revenu au Québec en 1968 pour aider son père qui avait été victime d’un accident de travail, il a pris la relève à la gérance de l’entreprise familiale de bois de sciage.

Les affaires et la politique

Réal Gauvin s’est ensuite lancé dans les affaires. Il a fondé R.-A. Gauvin Transport, une entreprise spécialisée dans le transport de bois de construction, et Autobus St-Adalbert, un service de transport scolaire. Encore aujourd’hui, il continue à donner un coup de main à ses fils au sein de ces entreprises.

En politique, Réal Gauvin a d’abord été maire et préfet adjoint pendant dix ans avant de se faire élire comme député à l’Assemblée nationale en 1985. À l’époque, il a occupé différentes fonctions parlementaires, notamment celle de vice-président de la Commission de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation. Il a aussi participé à la création de la politique libérale à l’égard des régions. « C’était important, dit-il, de donner plus d’autonomie aux régions. »

« Lorsque le ministre Claude Ryan a proposé sa célèbre réforme municipale, on a dû l’expliquer aux maires de mon comté, ce qui n’a pas toujours été facile », se remémore l’ancien député. M. Gauvin croit encore que cette -politique a été bonne pour le Québec puisqu’elle a notamment « amené les municipalités à mieux structurer l’entretien des chemins ».

Réal Gauvin garde un bon souvenir de ses années en politique, dans une -circonscription où les gens ont toujours été très politisés, mentionne-t-il. Il cite d’autres figures marquantes de la vie parlementaire de la Côte-du-Sud, notamment Adélard Godbout, Jean Lesage et Fernand Lizotte. 

Le député Réal Gauvin voulait travailler avec les gens, quelle que soit leur allégeance politique.

Le député Réal Gauvin voulait travailler avec les gens, quelle que soit leur allégeance politique.