fbpx
Serge Gélinas et son fils Frédéric en pleine tournée de leur vignoble de Saint-Sévère, en Mauricie. Photos : Pierre Saint-Yves

Serge Gélinas et son fils Frédéric en pleine tournée de leur vignoble de Saint-Sévère, en Mauricie. Photos : Pierre Saint-Yves

On revient toujours à Saint-Sévère

SAINT-SÉVÈRE — C’est un tout petit village, blotti entre ses champs de maïs, de soya ainsi que ses vignes. Celles de Serge Gélinas et de son fils Frédéric, qui ont lancé Domaine et Vins Gélinas il y a presque 20 ans sur les terres familiales. Aujourd’hui, le vignoble de 45 000 vignes accueille chaque année environ 15 000 visiteurs.

« La région nous encourage beaucoup », reconnaît Serge. Ce fils du pays est profondément attaché à son patelin et à la terre que cultivait son père avant lui. Pourtant, c’est en géologie qu’il a fait carrière sans pour autant renier ses origines terriennes. Si bien que même retraité, il cultive encore des céréales sur les terres qui ceinturent le domaine viticole. 

« J’ai sillonné tout le pays pour aller là où mon expertise était requise, mais je suis toujours revenu à Saint-Sévère. C’est notre petit paradis », dit-il.

Et son exemple a été suivi par ses enfants Frédéric et Catherine, qui contribuent maintenant au développement de leur communauté.

Attachés à leur coin de pays

Il va sans dire, les Gélinas sont attachés à leur coin de pays. Pour Frédéric, son retour dans la petite localité était assuré une fois sa maîtrise en gestion des PME complétée.

« Il ne nous est pas venu à l’idée d’installer le vignoble ailleurs qu’à Saint-Sévère », explique Frédéric pour démontrer son attachement à son milieu.

Le producteur a acheté les terres voisines de la propriété familiale et s’y est établi.

Sa sœur Catherine est elle aussi revenue au village après une carrière chez Bombardier pour lancer Passion Lavande, spécialisée dans la transformation de lavande et de tournesol.

Les deux jeunes entrepreneurs contribuent ainsi à insuffler un vent de dynamisme dans la communauté. Un élan qui se poursuit avec la récente expansion au cœur du village de l’atelier-boutique de confection vestimentaire Rien ne se perd, tout se crée, construit au coût de 2 M$. Ces trois entreprises sont aussi à l’origine du rendez-vous des artisans chaque début d’été.

Développement du tourisme

« C’est un dynamisme merveilleux, lance le maire Jean-Yves Saint-Arnaud. Grâce au travail de ces entrepreneurs de la relève, le nom de Saint-Sévère circule aux quatre coins du Québec et ailleurs au Canada. »

Le maire convient que les activités de ces trois entreprises ont permis de développer le volet touristique dans sa communauté. « Elles contribuent à notre vitalité économique comme le font aussi toutes les exploitations agricoles du territoire », ajoute-t-il.

Cette vitalité aura assurément un impact sur la démographie, croit M. Saint-Arnaud, qui rappelle que la municipalité a récemment acquis des terrains de la fabrique pour un futur ensemble résidentiel qui doit d’abord se conformer aux règles en matière environnementale. Ainsi, de nouvelles familles pourront-elles s’établir à Saint-Sévère ou y revenir.