fbpx
La paix en toute simplicité, c’est ce qu’inspire la nature des Laurentides au comédien Luc Guérin. Crédit photo : Gracieuseté de Luc Guérin

La paix en toute simplicité, c’est ce qu’inspire la nature des Laurentides au comédien Luc Guérin. Crédit photo : Gracieuseté de Luc Guérin

Luc Guérin au sommet de sa montagne

LAURENTIDES S’il fut une époque où il devait avoir un pied-à-terre à Montréal pour le travail, le comédien Luc Guérin vit désormais exclusivement dans les Laurentides.

La route ne lui fait pas peur, surtout qu’il est impatient de recevoir sa nouvelle voiture électrique commandée il y a plusieurs mois. « Je me sentais un peu mal [de faire autant de route], mentionne-t-il. Là, ça va être le meilleur des deux mondes pour moi. »

Né à Sainte-Thérèse, dans les Basses-Laurentides, Luc Guérin a grandi à Laval. « Dans ce temps-là, Laval, c’était agricole », précise-t-il. L’acteur est tombé sous le charme des Laurentides et de sa proximité avec la nature en dévalant les pentes de ski dans sa jeunesse.

Une troisième maison

Luc Guérin s’est empressé d’acheter une terre dans la région dès qu’il a décroché son premier contrat dans un théâtre d’été. Plus tard, il a consacré une année sabbatique à la construction d’une autre résidence où il a vécu avec ses enfants, à Piedmont. « J’ai embauché un contremaître et je l’ai assisté », souligne Luc Guérin.

L’emplacement de la maison qu’il habite à présent avec sa conjointe, la comédienne Catherine Sénart, a été soigneusement choisi par le couple. « On avait acquis le terrain à l’avance et on y a marché presque toutes les saisons, alors on voyait où était la lumière », raconte l’acteur. Son penchant pour l’architecture l’a d’ailleurs amené à s’impliquer dans l’élaboration des plans de ce havre de paix.

En haut pour mieux respirer

L’habitation est située en haut d’une montagne. « Comme je suis un peu claustrophobe, j’avais besoin d’être plus haut pour respirer », confie Luc Guérin, qui s’émerveille de la vue exceptionnelle s’offrant à lui.

Une fenestration abondante permet aux occupants de la demeure de vivre « dans le présent avec les saisons ». L’hiver, ils se retrouvent au cœur des tempêtes de neige et l’automne, aux premières loges de la féérie des couleurs. L’interprète du psychologue Steven Picard dans Unité 9 est ainsi témoin d’un décalage des saisons depuis quelques années. « C’est comme si la Terre avait bougé d’un quart de tour! » lance-t-il, sans s’inquiéter outre mesure.

De nombreux sentiers de marche et de raquette entourent la maison, au plus grand plaisir de l’artiste, qui s’adonne aussi à du jardinage auprès de ses bonsaïs.

Chaque jour, il prend un soin méticuleux de ses bonsaïs. Crédit photo : Gracieuseté de Luc Guérin

Chaque jour, il prend un soin méticuleux de ses bonsaïs. Crédit photo : Gracieuseté de Luc Guérin