fbpx
Le ministre chinois de l’Agriculture a rencontré le directeur du centre de recherche de Prograin, Éric Gagnon. Crédit photo : Gracieuseté de Prograin

Le ministre chinois de l’Agriculture a rencontré le directeur du centre de recherche de Prograin, Éric Gagnon. Crédit photo : Gracieuseté de Prograin

Le ministre chinois de l’Agriculture chez Prograin

De passage dans la province, le ministre chinois de l’Agriculture, Han Changfu, et sa délégation ont passé plus d’une heure à Saint-Césaire le 16 octobre chez le 3e plus gros producteur de soya non génétiquement modifié (GM) d’Amérique du Nord, Prograin.

Un échange « extrêmement positif », selon le président-directeur général de Prograin, Alain Létourneau. « On a communiqué plusieurs messages afin de développer des relations d’affaires avec le gouvernement, les stations de recherche et les partenaires chinois. Ils étaient très ouverts et à l’écoute », ajoute M. Létourneau.

Le ministre chinois a visité les installations de l’entreprise ainsi que son centre de recherche. Il s’est notamment renseigné sur le prix de vente du soya canadien GM et IP (à identité préservée non GM pour alimentation humaine), les variétés à rendement élevé et les maladies auxquelles les producteurs faisaient face au champ.

Ministre connaisseur

« Le ministre était très intéressé par le soya parce que le produit provient de sa province natale », explique M. Létourneau. Étant donné qu’il est le fils de producteurs de soya, ses notions dans le domaine sont poussées. « Il a même pris la fève, l’a goûtée et dit que c’était du natto. Il connaît bien le soya, rapporte M. Létourneau. Ses connaissances techniques étaient beaucoup plus avancées que j’aurais pensé. »

Le ministre a aussi reconnu les variétés à gros grains dédiées à la fabrication du tofu consommé en Chine.

Prograin en Chine

Alain Létourneau n’a pas manqué l’occasion de dévoiler au ministre ses plans d’expansion en Chine, tout en lui mentionnant que le soya canadien s’y vend déjà selon des tarifs douaniers de 13 % qu’il aimerait bien voir diminuer.

Prograin y ouvrira un bureau de vente de soya québécois et canadien au cours des prochains mois. Deux employés partiront d’ailleurs pendant quatre jours la semaine prochaine pour rencontrer notamment des partenaires potentiels et des avocats.

La deuxième étape sera de collaborer avec des stations de recherche locales pour permettre des échanges concernant la génétique, ce que la visite du ministre du 16 octobre pourrait faciliter dans les prochains mois une fois sur place. L’Accord États-Unis–Mexique–Canada n’a nullement été abordé durant la rencontre.

Plus tôt, la délégation s’était rendue à l’abattoir d’Olymel, à Saint-Esprit. Le 17 octobre, M. Han Changfu devrait rencontrer le ministre Lawrence MacAulay à Ottawa, puis visiter les bureaux d’Agriculture et Agroalimentaire Canada ainsi qu’une ferme bovine.

Alexandre Beaudoin, vice-président aux ventes et au marketing chez Prograin, Jean-Claude Poissant, député libéral de la circonscription de Laprairie à la Chambre des communes, Alain Létourneau, président de Prograin, Han Changfu, ministre de l’Agriculture et des Affaires rurales de Chine, Éric Gagnon, directeur du Centre de recherche et développement chez Prograin, Chen Xueming, consul général de la Chine à Montréal, et Jean-Pascal Laplante, représentant des ventes internationales chez Prograin. Crédit photo : Gracieuseté de Prograin

Alexandre Beaudoin, vice-président aux ventes et au marketing chez Prograin, Jean-Claude Poissant, député libéral de la circonscription de Laprairie à la Chambre des communes, Alain Létourneau, président de Prograin, Han Changfu, ministre de l’Agriculture et des Affaires rurales de Chine, Éric Gagnon, directeur du Centre de recherche et développement chez Prograin, Chen Xueming, consul général de la Chine à Montréal, et Jean-Pascal Laplante, représentant des ventes internationales chez Prograin. Crédit photo : Gracieuseté de Prograin