fbpx
Le président de la National Family Farm Coalition, Jim Goodman, rêve toujours d’implanter un système de gestion de l’offre aux États-Unis. Photo : Archives/TCN

Le président de la National Family Farm Coalition, Jim Goodman, rêve toujours d’implanter un système de gestion de l’offre aux États-Unis. Photo : Archives/TCN

Le rêve d’une gestion de l’offre aux États-Unis continue d’exister

Jim Goodman, président d’une organisation américaine de défense des droits des petites fermes familiales, la National Family Farm Coalition, entend discuter de l’implantation d’un système de gestion de l’offre aux États-Unis avec le prochain secrétaire à l’Agriculture. Même sous un gouvernement démocrate, néanmoins, il serait étonnant qu’un tel projet soit envisagé sérieusement, selon lui.

« On aurait sans doute un peu plus d’écoute avec un secrétaire démocrate qu’avec l’actuel secrétaire [le républicain Sonny Perdue]. Mais, je m’attends à un cabinet semblable à celui d’Obama. Et les gens en place à l’époque n’étaient pas vraiment en faveur de l’implantation de la gestion de l’offre », note ce producteur de lait biologique du sud-ouest du Wisconsin. « C’est certain qu’on va mettre l’idée sur la table quand même. Dépendamment de celui qui sera le prochain secrétaire, peut-être qu’on aura une surprise. » La semaine dernière, plusieurs médias américains rapportaient que la candidature de Heidi Heitcamp, ancienne sénatrice démocrate du Dakota du Nord, était considérée pour le poste.

Deux ans plus tard

Deux ans après que La Terre l’eut rencontré au Wisconsin, plus grand bassin laitier des États-Unis, Jim Goodman estime toujours que la gestion de l’offre est un « bon système » qui permettrait de limiter la surproduction de lait au pays et d’offrir des prix plus équitables aux producteurs. « Je dirais que de plus en plus d’agriculteurs [américains] sont curieux d’en apprendre sur la gestion de l’offre. Par contre, c’est un système qui serait vraiment difficile à déployer aux
États-Unis parce qu’il y a beaucoup de grosses fermes. Mais ce n’est pas impossible », analyse-t-il. 


Le Wisconsin maintenant démocrate

Le président démocrate désigné, Joe Biden, a obtenu les 10 grands électeurs du Wisconsin, avec 49,6 % du vote populaire en date du 13 novembre, contre 48,9 % pour Donald Trump. Cet État était auparavant républicain. Ce virage indique-t-il un changement de mentalité là-bas? « Je ne pense pas », répond Jim Goodman, du tac au tac. « Je pense que les mentalités sont encore très républicaines ici. Les gens en avaient juste assez de Donald Trump », soutient-il.