fbpx
La demande pour le porc biologique est en progression constante ici et ailleurs dans le monde, selon le transformateur duBreton, de Rivière-du-Loup. Martin Ménard/Archives TCN

La demande pour le porc biologique est en progression constante ici et ailleurs dans le monde, selon le transformateur duBreton, de Rivière-du-Loup. Martin Ménard/Archives TCN

Le marché européen dans la mire de duBreton

DuBreton, qui se spécialise dans l’abattage et la transformation de porcs biologiques, part à la conquête de l’Europe.

L’entreprise de Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent, vient d’embaucher une nouvelle ressource pour faire connaître ses produits et établir de nouveaux liens commerciaux avec ce marché. « Le défi sera de voir s’il y a des preneurs pour certaines parties qui sont moins populaires ici, afin de pouvoir commercialiser l’entièreté des bêtes », spécifie Julie Lamontagne, conseillère en communications chez duBreton.

Quant à savoir si le développement de ce nouveau marché pourrait se traduire par un accroissement de la production de porcs biologiques dans les élevages du Québec, Mme Lamontagne n’était pas encore en mesure de répondre. « C’est encore trop tôt pour le dire puisque nous en sommes encore à l’étape d’évaluer les possibilités. Mais selon nous, la demande est là », affirme-t-elle. DuBreton a confié le mandat de ce nouveau projet de développement à Marc Ridout, ancien directeur des exportations de l’entreprise Friland, une filiale du géant du porc danois, Danish Crown. « M. Ridout a une longue expérience dans la mise en marché du porc bio et certifié bien-être animal sur les marchés européens et internationaux. Sa connaissance du marché et de la culture est un avantage inestimable pour nous », a indiqué Vincent Breton, président de duBreton, dans un communiqué.