fbpx
En un mois, 8 % des 300 millions de poules pondeuses américaines ont été décimées. © Martine Giguère

En un mois, 8 % des 300 millions de poules pondeuses américaines ont été décimées. © Martine Giguère

La grippe aviaire coûte cher aux États-Unis

Depuis le premier cas de grippe aviaire déclaré le 19 décembre dernier aux États-Unis, plus d’une quinzaine d’États ont été touchés. Les conséquences économiques de cette épidémie sont importantes.

L’Université du Minnesota, un État où la grippe aviaire sévit fortement, a réalisé une analyse économique et estimé les pertes liées à la production avicole et aux activités connexes (fournisseurs de moulée, etc.) à 309 M$ US, et ce, en date du 11 mai dernier. On mentionne que cette estimation pourrait gonfler si d’autres cas s’ajoutaient et selon la période d’inactivité dans les bâtiments d’élevage. Actuellement, pour chaque million de dollars perdus dans les élevages, les pertes seraient de l’ordre de 230 000 $ US pour les fournisseurs.

Le United States Department of Agriculture (USDA) évalue le nombre d’oiseaux atteints à plus de 38 946 573 en date du 15 mai.

L’épidémie d’influenza aviaire provoque ainsi une augmentation des prix des œufs chez nos voisins du Sud. Selon le site WATTAgNet.com, le Midwest connaît une hausse de 17 % du prix des œufs dans les épiceries.

Interviewé par WATTAgNet.com, le président du USA Poultry and Egg Export Council, Jim Sumner, a déclaré que 40 pays ont imposé des restrictions à l’importation de produits avicoles, dont le Canada. La facture s’élève à 600 M$ US, et ce, seulement pour les trois premiers mois de l’année.

La valeur économique du poulet à griller, des œufs et de la dinde totalisait 48,3 G$ US en 2014. Et celle des exportations s’élevait à 5,8 G$ US : 20,6 % pour le poulet à griller, 13,8 % pour la dinde et 4,9 % pour les œufs.