fbpx
Il a fallu près de 28 h de travail pour préparer le fromage à poutine du nouveau record Guinness décroché à Warwick. Photo : Gracieuseté de Marie-Hélène Bellemare

Il a fallu près de 28 h de travail pour préparer le fromage à poutine du nouveau record Guinness décroché à Warwick. Photo : Gracieuseté de Marie-Hélène Bellemare

La plus grosse poutine au monde cuisinée à Warwick

Une armée composée de 400 bénévoles et d’employés de fromageries des environs de Warwick, dans le Centre-du-Québec, a étalé à l’aide de râteaux plus de 1 000 kg de cheddar en grains pour battre le record Guinness de la plus grosse poutine au monde.

L’événement, qui s’est déroulé le 3 août, a été organisé par la Fromagerie du Presbytère, appuyée par la Fromagerie de Warwick et la Fromagerie Victoria afin de fournir l’ingrédient essentiel à la poutine. Cette dernière pesait exactement 3 034 kg, détrônant ainsi le record établi cinq ans plus tôt, avec une poutine de 2 000 kg à Trois-Rivières.

L’instigateur du projet et propriétaire de la Fromagerie du Presbytère à Sainte-Élisabeth-de-Warwick, Jean Morin, croit aussi avoir pulvérisé un autre record : celui d’avoir obtenu « la plus grande collaboration des vaches laitières de l’histoire » pour un seul plat, confie-t-il d’un ton léger à La Terre. En fait, le lait d’au moins 300 vaches a été nécessaire afin de produire les 1 000 kg de fromage en grains du célèbre défi.

Pour réussir à concocter et supporter l’énorme plat, une table de plus de 18 m de longueur a été installée dans un parc. Des dizaines de friteuses ont été dépêchées sur le site pour cuire les 2 000 kg de pommes de terre provenant de Saint-Ubalde, dans la région de Portneuf.

La poutine a été pesée par des balances certifiées par les Guinness World Records, sous l’œil avisé d’un représentant de l’organisation. Ce challenge relevé haut la main n’a pas manqué de relancer le débat sur l’origine du plat emblématique sur les réseaux sociaux. Pour Jean Morin, « c’est réglé : la poutine est née à Warwick en 1959, mais a été mieux commercialisée à Drummondville ». Celui-ci tire cette source de l’historien Jacques Brière, qui a attribué l’invention de la poutine à Fernand Lachance, propriétaire du défunt Café Idéal de Warwick.

Soulignons que cette aventure gastronomique a été réalisée pour une noble cause. Avec les quelque 6 000 billets vendus pour déguster la poutine, plus de 77 000 $ ont pu être recueillis et remis en grande partie à la Fondation À Notre Santé de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, situé à Victoriaville.