fbpx

La forêt privée nourrit de grandes attentes

À la veille de l’important Rendez-vous de la forêt québécoise qui s’ouvre jeudi prochain à Saint-Félicien, les attentes des acteurs de la forêt privée sont grandes.

Organisé par Québec afin de donner un souffle nouveau à l’industrie forestière, le Rendez-vous devrait réunir plus de 200 intervenants de la filière bois. Les représentants de la forêt privée, dont le fardeau fiscal a augmenté de 155 % au cours des 15 dernières années, y ont obtenu une place à la table centrale des discussions limitée à une quarantaine de sièges.

Député de Roberval et adjoint parlementaire pour le volet forêt, Denis Trottier ne peut confirmer pour le moment les gains que devrait y réaliser la forêt privée. Celui-ci affirme avoir rencontré les divers représentants et avoir pris acte de leurs multiples demandes et suggestions.

« C’est sûr qu’il y a un certain nombre de problèmes qui vont être résolus », s’est-il limité à dire. Rappelons que la Fédération des producteurs forestiers du Québec presse l’État depuis sept ans déjà de revoir le Programme de remboursement des taxes foncières. Inchangé depuis 15 ans, ce Programme permet aux producteurs forestiers d’obtenir des crédits d’impôt en retour des travaux effectués dans les boisés. La Fédération demande de porter les crédits d’impôt jusqu’à concurrence de 85 % des taxes foncières, ce qui représente 8 M$.

Pour appuyer les actions qui seront priorisées durant le Rendez-vous, Québec dispose d’une somme de 100 M$ sur 3 ans annoncée récemment lors du dévoilement de la Politique économique « Priorité emploi ». La Fédération s’attend d’autant plus à une réponse positive de Québec qu’une amélioration au programme n’aura un impact qu’en 2015.

« En 2007, affirme Denis Trottier en entrevue téléphonique, le Sommet de la forêt a constitué une piste d’atterrissage. Cette fois, on veut que le Rendez-vous soit une piste d’envol pour bâtir la forêt du 21e siècle. »

Selon Denis Trottier, la crise conjoncturelle qui affecte la forêt depuis le dernier Sommet est devenue structurelle. Il tient à ce que le prochain Rendez-vous envoie le message clair qu’il y a toujours un avenir pour la forêt québécoise. L’adjoint parlementaire se réjouit du fait que les différents acteurs ont tous manifesté le désir de faire partie de la solution.

« L’État, déclare-t-il, doit envoyer le signal que la forêt est importante et qu’elle peut contribuer à la fois sur le plan économique et écologique. L’or vert va remplacer l’or noir. »

Notons que les délibérations seront retransmises en direct dans Internet. Informations supplémentaires au www.rendezvousdelaforet.gouv.qc.ca.