fbpx

Les États-Unis autorisent plus d'éthanol

Les autorités américaines viennent d’approuver le mélange de 15 % (E15) d’éthanol dans l’essence plutôt que seulement 10 % (E10) comme c’était le cas jusqu’à maintenant.

Cette mesure longtemps attendue par l’industrie après de vastes consultations du gouvernement devrait avoir une incidence sur la production d’éthanol et donc sur la demande en maïs. L’éthanol est en effet moins cher que l’essence malgré le prix élevé du maïs ces derniers mois.

Une étude de l’Université de l’Iowa montre que la présence de l’éthanol permet de réduire le prix de l’essence d’environ 1 $ du gallon.

L’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a voulu vérifier si ce mélange (E15) pouvait nuire aux moteurs des voitures ordinaires. Une restriction sera d’ailleurs encore affichée pour les véhicules fabriqués avant 2001. Les détaillants d’essence devront par ailleurs obtenir un permis de l’EPA avant d’offrir le nouveau carburant. Ils devront aussi se conformer à la réglementation de certains États qui ne permettent toujours pas l’E15. La progression du nouveau mélange devrait donc être graduelle.

Rappelons qu’une précédente autorisation partielle pour les véhicules de 2007 et plus n’avait pas donné de résultats significatifs puisque les pétrolières ne disposaient pas toujours des pompes suffisantes dans les stations service pour offrir un carburant de plus et que l’approvisionnement hors des zones productrices d’éthanol était jugé plus complexe.

Cette nouvelle risque de faire hausser le prix du maïs de façon progressive et durable d’autant plus que la sécheresse qui sévit dans la région du Corn Belt fait craindre à plusieurs que la récolte américaine pourrait être moins importante que ce que le gouvernement (USDA) l’anticipait encore en date du 12 juin.

Plus d’éthanol au Canada aussi

Sans que les règles changent, l’essence canadienne contiendrait plus que les 5 % requis par la réglementation fédérale. De récents contrats d’éthanol se transigeaient à 57 cents (U.S.) le litre, soit moins de la moitié du prix de détail de l’essence ces derniers temps (1,30 $ le litre). L’éthanol revient parfois moins cher que le pétrole brut et n’a pas besoin d’être raffiné.

Selon le Canadian Report on Fuel Ethanol, l’industrie dépasse l’exigence nationale de 5 % par environ 25 % à 30 %. Il y aurait donc environ 6,5 % d’éthanol dans l’essence canadienne en moyenne. La même publication estime qu’une partie de l’éthanol supplémentaire provient des États-Unis. Notons que le Manitoba et la Saskatchewan exigent déjà plus que 5 % d’éthanol dans l’essence (7,5 % et 8,5 % respectivement).