fbpx
Soixante-huit entreprises de type naisseur-finisseur sur cinq cent quatre-vingt-treize seront sollicitées pour répondre aux questions du Centre d’études sur les coûts de production en agriculture. Crédit : Julie Mercier/Archives TCN

Soixante-huit entreprises de type naisseur-finisseur sur cinq cent quatre-vingt-treize seront sollicitées pour répondre aux questions du Centre d’études sur les coûts de production en agriculture. Crédit : Julie Mercier/Archives TCN

Canicule de l’été 2018 : étude d’impact

La canicule du mois de juillet a eu raison d’un grand nombre de porcs l’été dernier. La Financière agricole du Québec (FADQ) a mandaté le Centre d’études sur les coûts de production en agriculture (CECPA) pour documenter le phénomène et estimer ses impacts sur la mortalité des truies et la productivité.

Rappelons que l’entreprise de recyclage de carcasses d’animaux Sanimax a enregistré une hausse de 1,2 million de kg de cochons morts pendant la semaine de la fête du Canada et celle qui l’a suivie. « Il pleuvait des cochons », avait alors souligné le directeur des opérations de l’usine de Québec, Yannick Cadorette, qui n’avait jamais vécu une telle situation en 18 ans de carrière. Au plus fort de la crise, une trentaine de camions provenant de partout en province attendaient d’être déchargés à l’usine, contre cinq ou six habituellement.

Soixante-huit entreprises de type naisseur-finisseur sur cinq cent quatre-vingt-treize seront sollicitées pour répondre aux questions du CECPA, les mêmes qui avaient été interviewées en 2017 pour l’enquête d’évaluation du modèle 2018 des coûts de production des porcs. Ce modèle, sur lequel se base l’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA), est réévalué aux cinq ans, puis indexé annuellement.

ASRA

« L’objectif n’est pas de traduire [les résultats] en ASRA, précise le directeur général du CECPA, Francis Goulet. La FADQ cherche seulement à comprendre la situation, à saisir l’ampleur de ce que peuvent subir les entreprises et éventuellement à regarder quelles seraient les solutions s’il y avait une problématique réelle. »

Cependant, advenant que l’étude démontre que la canicule a un impact significatif sur la mortalité des truies et la productivité, les Éleveurs de porcs du Québec aimeraient voir le coût de production 2018 tenir compte du caractère exceptionnel de l’été dernier. « L’approche qu’on va préconiser, c’est de l’introduire dans l’indexation des coûts de production 2018. Peut-être que la Financière aura d’autres façons de voir les choses, mais on en discutera quand on sera rendus là », souligne le directeur général adjoint des Éleveurs, Mario Rodrigue.

Le coût de production 2018 sera indexé le 30 avril prochain et la sortie de l’étude est prévue à la mi-mars par le CECPA.