fbpx
Photo : Gracieuseté Corporation des marchés publics

Photo : Gracieuseté Corporation des marchés publics

Marchés publics de Montréal : démission de la directrice générale

L’actuelle directrice générale de la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM), Isabelle Laliberté, a remis sa démission pour rejoindre les Éleveurs de porcs du Québec où elle occupera les mêmes fonctions. La nouvelle a été communiquée aux membres actuels du conseil d’administration de l’organisme le 21 novembre.

Depuis l’arrivée de Mme Laliberté à la tête de la Corporation en octobre 2018, l’organisme a encaissé une série de coups, notamment le déclenchement d’une enquête policière à la suite du dépôt d’un rapport du contrôleur général de la Ville de Montréal. Celui-ci a entre autres exposé un système de revente des emplacements ainsi qu’un autre de sous-location de baux entre producteurs et revendeurs de produits horticoles.

Isabelle Laliberté. Photo :  Gracieuseté

Isabelle Laliberté. Photo : Gracieuseté

La CGMPM a alors entrepris de changer ces pratiques dans ses 15 marchés publics, soulevant l’ire de certains de ses membres. De plus, à la suite d’actes de vandalisme perpétrés chez l’ex-président du conseil d’administration, Nicolas Villeneuve, l’ensemble des membres du conseil d’administration a démissionné en bloc le 8 août dernier.

Opportunité exceptionnelle

Contactée par La Terre, Mme Laliberté a expliqué sa décision par une « opportunité exceptionnelle » qui s’est présentée à elle. Elle s’est toutefois gardée de dire si elle avait fait aussi l’objet de menaces ou d’un acte de vandalisme. « Le climat peut être tendu quand on vit une période de transition, s’est-elle contentée de répondre, mais il doit y avoir un climat de respect. »

Selon elle, la CGMPM est « sur la bonne voie », elle qui cherche entre autres à mettre fin à la sous-location des étals et à redonner leur accès aux producteurs. « La CGMPM vit une période de transition qui est nécessaire, dit-elle. En tant que directrice générale, j’ai appuyé et j’appuie toujours cette transition, même si cela signifie parfois devoir faire preuve de détermination. »

De son côté, l’actuel président du conseil d’administration de la CGMPM, Serge Marticotte, n’a pas semblé préoccupé par la décision de Mme Laliberté. « On va se retourner de bord », dit-il, confirmant que celle-ci avait bien quitté son poste de son propre chef. Selon lui, le travail entamé par son organisation est d’ailleurs bien entamé au marché Jean-Talon, où le mail d’hiver se remplit peu à peu. « À peu près 50 % des places [libres] vont bientôt se combler », affirme-t-il, expliquant qu’un à deux nouveaux producteurs devraient venir s’y installer.

Les membres de la CGMPM se réuniront demain, le 27 novembre, à l’occasion d’une assemblée générale extraordinaire pour élire une partie des nouveaux membres du conseil d’administration.

Martin Primeau, journaliste.