fbpx

La ferme L. & J. Gagnon s’illustre en gestion des RH

Tel que publié dans Lanaudière-Mauricie

MAURICIE – Évidemment que les propriétaires de la ferme L. & J. Gagnon, de Saint-Adelphe en Mauricie, sont fiers d’avoir décroché la troisième place au concours Ma ferme, mon monde! Ils sont tout aussi satisfaits des progrès que leur ont permis de réaliser les nouveaux outils de gestion des ressources humaines, principalement le manuel de l’employé, qui leur a valu cette distinction provinciale.

TROIS-RIVIÈRES – La ferme de production et d’élevage de dindons est la propriété de Lucienne Ricard Gagnon, de son conjoint, Léon Gagnon, et de leurs fils Éric et Sylvain. L’entreprise, qui exploite quatre poulaillers pour la reproduction de dindons et six pour l’élevage, emploie huit personnes dont, pour la première fois, deux travailleurs latino-américains.

« On a doublé notre personnel en peu de temps, explique Léon Gagnon. On manquait de coordination, il y avait des changements à apporter dans nos façons de faire, dans l’organisation du travail pour améliorer l’efficacité. L’intervention de la conseillère de la fédération régionale a été très profitable. »

Martine Paris est conseillère en gestion des ressources humaines de la Fédération de l’UPA de la Mauricie. C’est elle qui a accompagné les Gagnon dans la production d’un diagnostic et la mise en place de correctifs dans la gestion des ressources humaines.

« Auparavant, on gérait à l’ancienne, on fonctionnait avec des ententes verbales, mais il y avait toujours un risque de confusion, explique Éric Gagnon, responsable des ressources humaines à la ferme. On voulait éviter les conflits en uniformisant notre approche et nos façons de faire avec le personnel. Maintenant, tout le monde est traité sur un pied d’égalité. »

Une démarche profitable

Pour poser un diagnostic fidèle et établir des procédures qui conviennent aux propriétaires comme aux membres du personnel, la conseillère a donc rencontré séparément les deux parties, dont chacun des employés. L’opération a débuté il y a un an et s’est déroulée sur quelques mois.

« Les employés étaient tout à fait favorables à cette démarche, explique Éric Gagnon, parce qu’ils savaient que l’objectif était de maintenir des relations saines. »

Cette consultation a été suivie du dépôt d’un projet de manuel qui renfermait les procédures, devoirs et responsabilités du personnel et de l’employeur, tant sur les plans de l’embauche, des conditions et de l’organisation du travail que sur ceux de l’évaluation du rendement, de la formation et du règlement en matière de biosécurité.

Le document a donc été présenté aux employés pour répondre aux questions et recueillir les commentaires, après quoi ils ont été invités à y apposer leur signature confirmant l’acceptation des règles en vigueur dans l’entreprise.

« On est certains que cet exercice nous a permis d’améliorer la productivité à la ferme, affirme Éric Gagnon. On pense aussi que ça aura pour effet de valoriser le métier et donc d’attirer des employés. Il faut que les gens sachent que notre personnel est traité comme dans n’importe quelle entreprise. »

Il croit surtout qu’une ferme devrait disposer de tels outils dès qu’elle compte un salarié. « Dès qu’on a un employé, il faut mettre les choses au clair et, quand tout est écrit, on évite les conflits », dit-il.