fbpx
La Ferme-école Lapokita s’est notamment vu infliger une amende pour écoulement d’eau contaminée depuis son parc de bovins de boucherie. Photo : Maurice Gagnon

La Ferme-école Lapokita s’est notamment vu infliger une amende pour écoulement d’eau contaminée depuis son parc de bovins de boucherie. Photo : Maurice Gagnon

État préoccupant de la Ferme-école de l’ITA

LA POCATIÈRE — Les étudiants de l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de La Pocatière dénoncent le mauvais état dans lequel se trouve la Ferme-école Lapokita, notamment depuis que le ministère de l’Environnement a imposé une amende de 10 000 $, en août, pour écoulement d’eau contaminée dans un ruisseau de la rivière Saint-Jean. Cette eau provenait du parc de bovins de boucherie.

Le directeur de la ferme, Normand Caron, reconnaît que des améliorations doivent être apportées, mais soutient que ces structures datant de près de 100 ans sont encore très solides. Il explique que les écoulements à l’origine de l’infraction sont dus à la fonte d’une importante quantité de neige au printemps, ce qui a entraîné un surplus d’eau. « On a eu juste un manquement », plaide-t-il.

Des actions sont prévues dès cet automne afin de corriger de façon permanente la situation. Des améliorations seront apportées au bâtiment, de la végétation filtrante sera plantée autour du parc des bovins et une aire de pâturage sera mise en place dès l’été 2020, ajoute-t-il. Les travaux sont estimés à 70 000 $.

Répercussions

Les étudiants de l’ITA disent craindre que cette situation ait des répercussions sur le bien-être animal et l’environnement de même que sur la qualité de leur enseignement. Récemment, ils ont déposé un mémoire auprès du premier ministre François Legault. « C’est la condamnation du ministère de l’Environnement qui nous a incités à aller plus loin cette année dans nos démarches pour dénoncer la situation », explique le président de l’association étudiante, Raphaël Rioux.

Les étudiants ont en outre reçu l’appui du maire de la ville, de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec-CSN et des professeurs du campus. C’est un cri du cœur et un appel au secours lancés par des étudiants soucieux de leur avenir, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) doit investir dans la ferme-école, a mentionné la représentante des enseignants, Marie-Christine Lalande.

Le directeur du campus de l’ITA de La Pocatière, Sylvain Gingras, souligne que des travaux d’entretien d’une valeur de 7 M$ ont été faits entre 2014 et 2018. Pour l’année en cours, les projets totalisent 5,6 M$.

Bien qu’elle appartienne au MAPAQ, la ferme-école est gérée par un organisme sans but lucratif.