fbpx
Robert Paré a reçu un appel d'excuses.

Robert Paré a reçu un appel d'excuses.

Entrée par effraction dans une étable

Au moins une femme serait entrée sans autorisation dans une étable de Compton en Estrie pour libérer des taures de leur enclos, le 17 avril. Des images captées par des caméras de surveillance de la ferme ont permis au propriétaire d’identifier une personne et de l’associer à un groupe de militants pour les droits des animaux.

« On a fait notre petite enquête. On sait qui a fait ça. Il y en a une qui m’a même appelé pour s’excuser », raconte Robert Paré. Il précise avoir reçu l’appel le 23 avril, après la publication sur Facebook d’images qui montraient qu’une autre femme était présente lors des événements. « Elle voulait disculper la femme qu’on voyait sur la photo. Elle disait qu’elle était la seule responsable de ce qui est arrivé, que l’autre femme n’était pas entrée dans l’étable », soutient le producteur.

Cinq taures en liberté ont été retrouvées en bordure de la route par le fils du propriétaire, le 17 avril vers 13 h. D’autres erraient dans l’étable. « Une chance qu’il n’est rien arrivé de grave. J’aurais pu les perdre ou elles auraient pu se blesser », soutient M. Paré. Ce dernier a raconté les événements à la police, mais a préféré ne pas porter plainte officiellement pour l’instant.