fbpx
C’est dans cette boutique localisée à la ferme que Boréalait vend son fromage, son lait et son yogourt du jeudi au samedi. Photos : Gracieuseté de Boréalait

C’est dans cette boutique localisée à la ferme que Boréalait vend son fromage, son lait et son yogourt du jeudi au samedi. Photos : Gracieuseté de Boréalait

Du lait et du yogourt locaux en Abitibi

SAINT-FÉLIX-DE-DALQUIER — Les Abitibiens peuvent désormais acheter du lait et du yogourt produits localement. L’entreprise Boréalait, de Saint-Félix-de-Dalquier, en Abitibi, a développé un modèle d’affaires unique dans la région. Sa mise en marché en circuit court et sa stratégie de réduction des déchets créent déjà un engouement auprès des consommateurs.

Les deux copropriétaires de Boréalait, Évelyne Rancourt et Benoît Larochelle, ont suscité un véritable enthousiasme après avoir annoncé, en novembre dernier, qu’ils allaient offrir aux consommateurs de leur région du lait entièrement produit et embouteillé à la ferme. Sur leur page Facebook, leur publication a été partagée près de 600 fois et, depuis, chaque fois qu’un média régional parle de leur projet, le texte se relaye pratiquement à une centaine de reprises. « On ne pensait pas avoir cet impact-là », confie Évelyne Rancourt.

Deux jours de traite

Boréalait est située sur les terres de la Ferme Larard, près d’Amos. Elle appartient aujourd’hui au conjoint d’Évelyne Rancourt, Benoît Larochelle, et à son frère, la troisième génération de la famille à exploiter l’entreprise. La petite ferme de 45 vaches Jersey consacre donc deux jours de traite par semaine, soit l’équivalent de 1 400 litres, à la production du lait, du fromage et du yogourt de Boréalait. À l’exception du fromage, ce créneau était jusqu’ici absent en Abitibi. « Le lait de notre région n’est pratiquement pas embouteillé. Il ne sert qu’à la transformation », avait remarqué l’agronome de formation.

Boréalait a aussi la particularité de mettre son lait et son yogourt dans des contenants en verre. Les bouteilles de lait sont également consignées. Ce choix nécessite des tâches supplémentaires, notamment pour la gestion et l’assainissement de ces récipients. Par contre, Évelyne Rancourt considère que cette voie était inévitable. « Ça concordait avec nos valeurs et le mode de vie souhaité. On constate que ça correspond aussi à celles de beaucoup de monde parce que depuis l’annonce, on nous parle que de ça », témoigne-t-elle.

C’est donc dans une boutique localisée à la ferme que Boréalait vend son fromage, son lait et son yogourt du jeudi au samedi. Quelques épiceries et dépanneurs à proximité d’Amos en tiendront et, progressivement, d’autres supermarchés et magasins d’alimentation zéro déchet de l’Abitibi emboîteront le pas. 

Les fourrages récoltés dans une région boréale sont plus sucrés et ça se transmet dans le lait.

Les fourrages récoltés dans une région boréale sont plus sucrés et ça se transmet dans le lait.