fbpx

Bichonner ses employés pour mieux les garder!

Tel que publié dans Centre

CENTRE-DU-QUÉBEC – Il n’y avait rien de surprenant à voir des membres de la famille Jutras participer à l’activité-bénéfice de la Coop de garde de l’école primaire Le Carrousel, de Sainte-Brigitte-des-Saults, dans la région du Centre-du-Québec. D’abord, parce que la famille s’implique dans le développement de ce service et aussi parce qu’il s’agit d’un service dont profitent de nombreux employés de l’entreprise.

SAINTE-BRIGITTE-DES-SAULTS – « Le respect représente une valeur primordiale chez nous, explique Louis-Marie Jutras, fondateur de l’exploitation il y a 33 ans avec son épouse, Michelle Rajotte. En regardant travailler des employés affectés à l’inspection des poireaux, M. Jutras explique : « On s’est rendu compte d’un coup qu’on avait plus de 50 employés, qu’il fallait donc développer de bons outils pour bien gérer l’embauche et offrir de bonnes conditions de travail. »

Aux Cultures de chez nous, environ 60 personnes s’activent à la production et à la transformation principalement de poireaux, d’asperges et de petits fruits. L’effectif grimpe à 90 travailleurs en haute saison.

« Nous avons toujours partagé une grande préoccupation pour notre personnel, affirme Valérie Jutras, la fille des fondateurs et aussi directrice des ressources humaines. « C’est une préoccupation qui rapporte, poursuit M. Jutras. Il fallait trouver des moyens de garder notre personnel, et la meilleure façon, c’est d’offrir de bonnes conditions de travail. »

Ce souci du bien-être du personnel a valu à l’exploitation la deuxième place à la plus récente édition du concours Ma ferme, mon monde, organisé par AGRIcarrières pour récompenser les entreprises qui se démarquent par l’originalité et la qualité de leur gestion des ressources humaines.

Objectif : stabilité

Les dirigeants de Cultures de chez nous sont particulièrement fiers des moyens déployés au fil des années pour améliorer l’embauche et la rétention du personnel.

Les responsables de l’entreprise ont d’abord développé leurs propres outils pour la sélection des candidats plutôt que faire appel à un service de recrutement, considérant qu’il était important de choisir les personnes les plus susceptibles de répondre à leurs critères.

Le régime d’assurance collective figure parmi les avantages offerts aux employés depuis maintenant plusieurs années. « On était parmi les premières entreprises dans notre domaine à offrir un avantage semblable, indique Valérie Jutras. Évidemment, c’est une mesure qui favorise grandement la rétention du personnel. »

Selon M. Jutras, presque la moitié des employés sont des immigrants qui détiennent la citoyenneté canadienne ou qui sont reconnus comme résidents permanents. « Contrairement aux travailleurs étrangers saisonniers, ces personnes qui sont établies ici aspirent à une vie de couple et à une vie de famille équilibrées, comme les Québécois d’origine. Elles veulent s’amuser, faire autre chose que travailler. On favorise donc leur qualité de vie pour qu’elles soient satisfaites et demeurent à notre emploi. »

M. Jutras convient que cette préoccupation pour le mieux-être des employés requiert efforts et flexibilité. En haute saison, par exemple, les dirigeants se montrent conciliants en établissant des horaires de travail qui tiennent compte des besoins familiaux des salariés en leur assurant un week-end de congé sur deux.

D’autres mesures développées au fil des ans ont pour but de favoriser de bonnes relations au sein du personnel, comme le journal d’entreprise publié sur une base mensuelle. L’agrandissement des installations de l’exploitation a également fourni l’occasion d’augmenter la superficie de la salle de repos des employés, un geste qui contribue évidemment à leur bien-être.

« Les mesures qu’on a mises en place démontrent bien que le travail en agriculture n’est pas synonyme de conditions de misère », indique M. Jutras. Il ne perd surtout pas de vue que « de bons employés, ça se paie tout seul ».