fbpx
Des producteurs de la Montérégie songent à semer ou planter plus tôt cette année. Photo : Archives/TCN

Des producteurs de la Montérégie songent à semer ou planter plus tôt cette année. Photo : Archives/TCN

Des producteurs aux aguets en prévision de semis hâtifs

La météo s’annonçant plutôt douce dans les prochaines semaines, des producteurs maraîchers de la Montérégie se préparent à une période des semis qui pourrait être devancée d’environ une semaine. Comme quelques nuits de gel suffiraient à changer leurs plans, néanmoins, ceux-ci ne se réjouissent pas trop vite et restent prudents.

Mario Guérin

Mario Guérin

« Ça s’annonce hâtif, jusqu’à tant que ce ne le soit plus ! » lance Patrice Riendeau, producteur à Saint-Rémi. Ce dernier prévoit planter ses laitues vers la deuxième ou la troisième semaine d’avril. « Quand ce sera le temps, on sera prêts. On a des outils pour devancer ou retarder [la plantation] au besoin », souligne-t-il.

Mario Guérin, agriculteur à Saint-Michel, anticipe quant à lui de semer ses oignons et de planter ses pommes de terre d’ici quinze jours. « D’habitude, c’est plus vers le 25 avril. On va voir comment ça se passe. On a un drôle de printemps; il a fait chaud vite, mais il pourrait encore faire froid », croit-il.

Quant à Olivier Barbeau, également de Saint-Michel, il s’est risqué à semer un acre de radis sous bâche déjà. « On essaie; on va voir ce que ça donne. L’an dernier, on avait semé tôt et on s’était fait avoir ensuite avec des gels et du vent. On va suivre la météo et prendre une décision dans quelques semaines pour le reste », indique celui qui pense commencer sa saison plutôt vers le 20 avril.   

Le directeur général de l’Association des producteurs maraîchers du Québec, Jocelyn St-Denis remarque que les producteurs commencent à travailler la terre à plusieurs endroits au Québec, « là où c’est dégelé ». La préparation des plants en serre par ailleurs est commencée. « Les producteurs seront prêts à semer dans les prochaines semaines, mais ils restent prudents. On ne sait jamais ce que dame Nature nous envoie », signale-t-il.