fbpx
Le lait de poule fait partie des traditions du temps des Fêtes de la famille de Melissa Bowers, qui approvisionne la laiterie avec le lait de ses vaches Jersey. Photo : Gracieuseté de Mélissa Bowers

Le lait de poule fait partie des traditions du temps des Fêtes de la famille de Melissa Bowers, qui approvisionne la laiterie avec le lait de ses vaches Jersey. Photo : Gracieuseté de Mélissa Bowers

À la recherche du parfait lait de poule

La laiterie La Pinte a réservé une belle surprise à sa clientèle pour le temps des Fêtes, en ajoutant le lait de poule à son offre. Cette boisson d’origine anglaise est désormais très répandue, mais elle conserve une place spéciale au sein des célébrations hivernales des anglophones.

Pascal Valade

Pascal Valade

« Ça faisait quelques années qu’on s’en faisait parler. Surtout qu’à Ayer’s Cliff, on est entourés de beaucoup de communautés anglophones, avec Stanstead, North Hatley, Hatley… Ça fait vraiment partie de la culture locale », confirme Pascal Valade, copropriétaire de La Pinte.

Pour développer sa version du lait de poule, l’entreprise est d’abord remontée aux sources, en interrogeant ses employés anglophones sur leur version maison. « Leur recette, c’était moitié lait, moitié crème! C’est succulent, mais à 15 % de gras, on faisait boire ça à nos enfants et ils nous disaient : « Ça bourre, ça, papa! » On s’est dit que si un enfant de dix ans trouve ça bourrant, imagine un adulte! » raconte le copropriétaire de la laiterie artisanale reconnue pour ses bouteilles en verre.

A alors débuté tout un processus de recherche et développement : « Le défi était de gagner en texture pour avoir un produit onctueux, mais en limitant la liste d’ingrédients, parce qu’on ne voulait pas de colorant ni d’essence artificielle. On voulait que ce soit le plus fidèle possible à une recette que les gens auraient pu faire à la maison », explique M. Valade. Le résultat final est un produit aux notes sucrées et épicées présentant une teneur en gras limité à 7%.

Du lait de Jersey

Melissa Bowers et son mari comptent parmi les fournisseurs de La Pinte, tout comme les parents de Mme Bowers. La race chouchou de ces deux fermes familiales estriennes est la Jersey. « Ça fait plusieurs générations qu’on travaille avec cette race. On la connaît bien et on l’aime beaucoup. Et la qualité du lait est numéro un! Les Jersey produisent un lait très riche en matières grasses et en nutriments », précise la productrice. Il était donc indiqué pour faire un bon lait de poule, estime-t-elle.

Mme Bowers confirme d’ailleurs que le lait de poule a toujours eu sa place dans les célébrations de sa famille à Noël.

« Nous, on consomme déjà le lait de La Pinte tous les jours, mais on était contents d’avoir un petit spécial cette année, quelque chose de plus festif, surtout pour une année comme celle-là », note Mme Bowers.

Ce lait de poule produit en petite quantité est seulement en vente pour la période des Fêtes. L’entreprise compte bien l’offrir de nouveau l’an prochain. 

Dominique Wolfshagen, collaboration spéciale