fbpx

Une formation novatrice en production ovine

La Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation (FSAA) de l’Université Laval innove en mettant sur pied la première formation continue universitaire en production ovine 100 % à distance.

Une opportunité pour les producteurs d’augmenter la productivité et la rentabilité de leur élevage.

Cette formation s’adresse autant aux nouveaux éleveurs qu’aux plus expérimentés et aux intervenants qui gravitent autour d’eux. Le cours s’articule autour de six grands thèmes : l’alimentation, la reproduction, la gestion de l’élevage et de la santé, la génétique et la conformation, l’économie de la production, de même que la qualité des carcasses et la viande.

Le professeur titulaire François Castonguay s’est entouré de spécialistes bien connus de l’industrie ovine tels que Dany Cinq-Mars, professeur à la FSAA, André Charest, conseiller régional en production ovine au ministère de l’Agriculture du Québec, Johanne Cameron, agronome et productrice d’agneaux, Manon Lepage, consultante en production ovine, Francis Goulet, directeur général du Centre d’études sur les coûts de production en agriculture, de même qu’Éric Pouliot, étudiant au doctorat.

Pour cette formation totalement à distance, la FSAA mise sur la formule de l’enseignement virtuel, qui permet de concilier plus facilement les études et avec les obligations professionnelles et personnelles, fait valoir M. Castonguay. La formation en ligne offre aussi une flexibilité géographique et un accès constant au matériel pédagogique.

Outre les quelque 300 pages de notes de cours, les étudiants auront accès à du matériel multimédia, que ce soit des diaporamas, des questionnaires, des fiches et des vidéos techniques ainsi que plus de 60 heures de conférences données par les responsables de chacun des modules. Une façon beaucoup plus dynamique d’apprendre que la simple lecture des notes de cours, explique M. Castonguay. De plus, tout le matériel pédagogique demeurera disponible pour une période de cinq ans.

Les travaux et les exercices seront adaptés à la clientèle. Que ce soit pour la réalisation d’une étude de cas ou d’un plan d’affaires, les éleveurs pourront en tirer des bénéfices pour leurs entreprises. Ils auront également l’opportunité de travailler avec le logiciel de simulation Simulovins. Cet outil, développé à l’Université Laval, permet d’évaluer l’impact de différents paramètres de production (par exemple, le nombre de brebis, leur prolificité, l’utilisation de techniques de désaisonnement et la qualité des agneaux) sur les résultats techniques et économiques d’un troupeau.

L’inscription à cette nouvelle formation donnera aussi accès au site Internet du cours de production ovine dispensé aux étudiants en agronomie de l’Université Laval. La période d’inscription se termine le 17 août prochain. D’une durée de 15 semaines, la formation sera offerte tous les deux ans.

Formation continue

Vu l’importance de l’accessibilité à la formation continue en région pour le secteur agricole, AGRIcarrières, le Comité sectoriel de main-d’œuvre de la production agricole, s’est penché sur les nouveaux modes de diffusion de la formation à distance, notamment la formation en ligne. Dans son rapport État des lieux de la formation à distance et en ligne dans le secteur agricole au Québec, publié en mars 2013, l’organisme note que « le secteur agricole semble être un terreau fertile pour l’adoption de la formation à distance et en ligne ».

La dispersion des entreprises, les distances parfois importantes que doivent parcourir les producteurs et leurs employés pour se rendre au lieu central où se déroule une formation ainsi que l’organisation du travail dans les PME du secteur, qui se planifie au gré des saisons, sont des facteurs qui tendent à nous faire croire que l’adoption de la formation en ligne pourrait être aisée dans le milieu agricole, explique AGRIcarrières. L’organisation recommande d’« encourager la concertation entre tous les acteurs de la formation continue pour le développement de projets communs ».

Le Québec peut notamment compter sur 14 Collectifs régionaux en formation agricole, qui favorisent la diffusion de formation continue dans leur région respective.

Dans la Belle Province, la formation continue gagne en popularité. Le volume total des activités de formation réalisées a connu une augmentation de 34 % entre 2012-2013 et 2011-2012. L’ensemble de ces activités a rejoint plus de 8 700 personnes, révèle le Bilan des activités 2012-2013 du Plan de soutien en formation agricole. En outre, les investissements en formation ont dépassé les 2,3 M$. À eux seuls, les participants ont investi plus de 700 000 $. Il s’agit d’une année record.