fbpx

Survie exceptionnelle des abeilles

Selon les premiers échos, la survie des abeilles du Québec à l’hiver qui se termine aurait été exceptionnelle.

« C’est un très bon hivernement. Le meilleur en 12 ans », indique Scott Plante, apiculteur de Saint-Nicolas, près de Lévis. Le son de cloche est le même pour plusieurs producteurs à qui M. Plante a parlé ces derniers jours. Pour ses ruches, il évalue ses pertes actuelles à 5 %.

Conseiller apicole provincial, Nicolas Tremblay indique que « la mortalité moyenne semble très basse pour l’instant et oscille entre 5 % et 10 %. » Il faudra cependant rester vigilant vu les risques persistant jusqu’en mai, d’ici à ce que les fleurs soient abondantes.

La perte d’abeilles se situait plutôt à 30 % ces dernières années et même à 50 % en 2003.

Cette excellente nouvelle survient alors que deux nouvelles études européennes ajoutent aux préoccupations relatives à l’impact des pesticides sur la survie des abeilles. D’autres facteurs entrent également en jeu dans toute la dynamique de survie des abeilles, tel les prédateurs comme le varroa, ou les monocultures réduisant la diversité alimentaire des abeilles.