fbpx
Un projet pilote permettra à dix producteurs hors quota d’élever jusqu’à 2 000 poulets et de commercialiser leurs volailles localement. Photo : Archives/TCN

Un projet pilote permettra à dix producteurs hors quota d’élever jusqu’à 2 000 poulets et de commercialiser leurs volailles localement. Photo : Archives/TCN

Production rehaussée à 2 000 poulets pour 10 éleveurs hors quota

Dans le cadre d’un projet-pilote de production de poulets pour les marchés de proximité, les Éleveurs de volailles du Québec (EVQ) recherchent des producteurs hors quota souhaitant relever le défi d’élever jusqu’à 2 000 poulets.

Au terme du processus de candidatures qui va se clore à la fin octobre, dix éleveurs hors quota (deux par région) se verront octroyer un contingent spécial, renouvelable chaque année pendant cinq ans, leur permettant d’élever jusqu’à 2 000 poulets. Actuellement, la limite hors quota est de 300 poulets par année. La viande produite devra être vendue dans un marché de proximité.

Élargir le marché, mais prudemment

Le président des EVQ, Pierre-Luc Leblanc, explique que l’initiative permettra d’augmenter progressivement les quotas de production en évitant d’aller trop vite et de déséquilibrer le marché. « On se réajustera à partir des observations et des commentaires que nous recevrons », explique-t-il. Car, selon lui, « vendre 300 poulets dans un rayon de quelques kilomètres, c’est assez simple, mais 2 000, c’est autre chose ». En encadrant les éleveurs sélectionnés, les EVQ veulent également s’assurer que la production est conforme au programme de salubrité et de soins des animaux auquel sont soumis les plus gros éleveurs. « C’est un programme qui nous permet de bien faire les choses », estime le président.

Rappelons que ce projet-pilote a été mis sur pied par les EVQ dans la foulée d’une requête de l’Union paysanne (UP) déposée en 2018 devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. Dans sa décision rendue en juillet 2019, la Régie a approuvé la stratégie des EVQ, lesquels souhaitaient administrer eux-mêmes un projet-pilote déployé sur cinq ans afin de mieux encadrer le rehaussement des quotas.

La première cohorte pourra commencer l’élevage de ses 2 000 poulets le 1er mars. La viande produite devrait ­arriver dans les marchés en avril.

Les EVQ décideront alors, selon les analyses effectuées après cinq ans, s’ils rendent ou non le programme permanent.

Tirage au sort

Pour être admissible, l’éleveur ne doit pas détenir ni exploiter directement ou indirectement un contingent de poulets ou de dindons. Un comité de sélection, composé du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, de l’Association des marchés publics du Québec, de la Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique, de la Table de développement de la production biologique et de la Fédération de la relève agricole du Québec, fera une première sélection des dossiers. Les éleveurs retenus seront ensuite déterminés par un tirage au sort.