fbpx
De 2011 à 2016, la quantité de lait produit par vache a augmenté de 13 %. Crédit photo : Archives/TCN

De 2011 à 2016, la quantité de lait produit par vache a augmenté de 13 %. Crédit photo : Archives/TCN

Plus de lait par vache, moins de GES

L’empreinte carbone des producteurs laitiers canadiens est l’une des plus faibles au monde. C’est ce qui ressort d’une étude sur la performance environnementale de la production laitière au pays menée par les consultants du Groupe Agéco, qui a été mandatée par les Producteurs laitiers du Canada (PLC).

L’adoption de pratiques agricoles plus respectueuses à l’égard de l’environnement, comme l’augmentation de la rotation des cultures et la réduction du travail au sol et des techniques de précision ainsi qu’une meilleure alimentation des animaux, a permis à l’industrie d’améliorer son bilan entre 2011 et 2016. Ces deux années ont d’ailleurs servi de comparaison dans le cadre de cette étude. Résultat : la production d’un litre de lait au Canada génère trois fois moins de gaz à effet de serre (GES) que la moyenne mondiale.

Analyse du cycle de vie

Pour tracer le profil environnemental de la production laitière, le Groupe Agéco a procédé à une analyse du cycle de vie. Cette approche permet d’évaluer l’impact de différentes pratiques sur l’environnement à chacune des étapes de la production, de l’extraction du lait jusqu’à son transport vers l’usine de transformation. 

Trois principaux enjeux ont été analysés dans le cadre de cette étude, soit l’empreinte carbone, la consommation d’eau et l’utilisation des terres. Entre 2011 et 2016, leur impact a respectivement diminué de 7,3 %, de 5,6 % et de 10,9 %. 

« Le principal facteur d’amélioration de la performance environnementale de l’industrie est la hausse de production de lait par vache », explique François Charron-Doucet, directeur scientifique chez Agéco. Au cours de cette période, la quantité de lait produit par vache a augmenté de 13 %. 

Sondage pancanadien

Pour réaliser cette étude, Agéco a mené une enquête en ligne auprès des producteurs laitiers canadiens. Quelque 570 répondants ont participé au sondage sur les changements apportés à leurs pratiques de gestion. « La réponse a été excellente considérant que le questionnaire requérait un certain investissement de temps », affirme M. Charron-Doucet. 

Des pratiques améliorées

Les agriculteurs canadiens ont modifié plusieurs de leurs pratiques de gestion entre 2011 et 2016. Ainsi, plusieurs ont amélioré leur gestion des fourrages afin d’accroître la qualité de l’alimentation des animaux et mis en place des stratégies pour optimiser les rations des vaches. Ces éléments ont largement contribué à augmenter la productivité des animaux.

Une meilleure gestion du fumier a permis de diminuer de façon marquée les émissions de méthane et d’azote qui contribuent aux GES, soutient l’étude menée pour les Producteurs laitiers du Canada. De plus, les producteurs ont changé leurs pratiques de travail du sol. Ils sont nombreux à avoir adopté une rotation des cultures diversifiée. Le recours aux technologies de l’agriculture de précision (informatique, outils GPS, etc.) pour la gestion des parcelles se répand aussi, ce qui contribue à l’augmentation des rendements.

Sylvie Lemieux, collaboration spéciale