fbpx
Une nouvelle grille de prix pour le paiement des poulets est en vigueur. Photo : Archives/TCN

Une nouvelle grille de prix pour le paiement des poulets est en vigueur. Photo : Archives/TCN

Nouvelle grille de prix pour le poulet

La Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ) fixe une nouvelle grille de prix du poulet, une mesure qui vise notamment à mettre fin au versement de primes en parallèle des règles de mise en marché.

Les Éleveurs de volailles du Québec (EVQ) demandaient au tribunal que soient revus les catégories de poids et les écarts avec le prix de référence pour ces dernières. L’organisation souhaitait que les producteurs qui livrent des poulets plus lourds en raison de retards d’abattage hors de leur contrôle ne soient pas pénalisés. Les Éleveurs voulaient aussi mettre fin au versement de primes par certains transformateurs, en dehors des mécanismes prévus à la convention de mise en marché. Ces primes visent à dédommager des agriculteurs pour les pertes liées aux retards d’abattage.

Pour sa part, le Conseil québécois de la transformation de la volaille (CQTV) ne s’opposait pas au changement de grille. Il estimait toutefois que le coût de production devait servir de base à la modification plutôt que le concept d’offre et de demande retenu par les EVQ pour justifier des différences de prix.

Le Conseil proposait donc une grille qui maintenait les pénalités pour les poulets plus lourds que la référence, mais en les réduisant par rapport à leur niveau actuel. Pour les poulets plus légers que la catégorie de référence, les éleveurs et les transformateurs suggéraient les mêmes modifications.

Verdict

La Régie retient finalement la grille déposée par les transformateurs puisque celle-ci « s’appuie sur des données fondées sur des sources fiables qui ont fait l’objet de questions et de validation durant la séance publique. Les Éleveurs n’ont pas apporté d’éléments qui auraient permis à la Régie de rejeter la démonstration faite par le CQTV », explique le tribunal. Ce dernier juge d’ailleurs essentiel le calcul du coût de production pour la modification des écarts de prix.

« Les éleveurs ont le droit d’obtenir le même prix pour un produit d’égale qualité et n’ont pas à se demander si certains profitent de conditions plus avantageuses selon l’acheteur, soit le paiement de primes en plus du prix de la grille, et ce, sans qu’un tel mécanisme ne soit prévu à la convention », estiment les régisseurs.

Bien que la grille retenue soit celle des transformateurs, le changement comporte néanmoins des gains financiers pour les producteurs, soit quelque 400 000$ par période de production de huit semaines. « La nouvelle grille bonifie ainsi le prix de tous les poulets de moins de 2,5 kg, soit les catégories de poids qui contiennent le plus de volume, calculent les EVQ. Pour les poulets livrés au-delà de 2,65 kg, l’ajustement se fait à la baisse.