fbpx

Levinoff-Colbex sera démantelé

L’abattoir de bovins de réforme Levinoff-Colbex ne rouvrira pas ses portes, vient tout juste d’apprendre La Terre de chez nous. L’offre d’achat de la Coopérative d’abattage du Québec vient d’être refusée au profit de celle d’un liquidateur.

L’usine de Saint-Cyrille-de-Wendover sera vidée de tout son équipement puisque le bâtiment et le terrain ne font pas partie de la vente. Le nom de l’acquéreur et le montant de la transaction n’ont pas été dévoilés.

Pour sa part, la Coopérative avait déposé deux offres : une première en décembre 2013 et une seconde en juin dernier. Forte de ses 535 membres producteurs de bovins et d’ententes avec des transporteurs de bétail, la Coopérative garantissait l’abattage de 625 vaches/semaine.

Le porte-parole de la Coopérative, Paul Doyon, se dit déçu par l’attitude d’Investissement Québec, le principal créancier de l’abattoir.

« Nous sommes choqués de voir que nous n’avons même pas été capables d’expliquer notre projet. Ces gens-là ont refusé de nous rencontrer. C’est un manque de respect. » Pour l’agriculteur, le message est clair. « Ça démontre le peu de confiance que le gouvernement du Québec a envers le secteur agricole pour créer de la richesse », estime-t-il.

Principal abattoir de bovins de réforme du Québec et des Maritimes, Levinoff-Colbex a cessé ses activités en mai 2012. Lors de sa fermeture, ses créances dépassaient les 30 M$.

Vous pourrez lire tous les détails de cette annonce dans l’édition de La Terre de chez nous du 3 septembre prochain.