fbpx
David Duval a été reconduit à la tête des Éleveurs de porcs du Québec. Photo : Myriam Laplante El Haïli/TCN

David Duval a été reconduit à la tête des Éleveurs de porcs du Québec. Photo : Myriam Laplante El Haïli/TCN

La menace de peste porcine africaine prise au sérieux

QUÉBEC — C’est sur fond de tensions internationales que les Éleveurs de porcs du Québec ont tenu leur 53e assemblée générale annuelle les 6 et 7 juin derniers. Les guerres commerciales ont durement éprouvé les producteurs en 2018, tout comme la menace grandissante de la peste porcine africaine (PPA).

En guise de compensation pour les pertes engendrées par les guerres commerciales entre la Chine et les États-Unis, les éleveurs ont demandé au gouvernement provincial, par voie de résolution, une aide d’urgence de 50 M$. Quant à la PPA, ils ont adopté à l’unanimité une résolution de trois pages pour tenter de contrer l’entrée de la maladie sur le territoire canadien. Les producteurs ont aussi leur rôle à jouer : les thèmes de la biosécurité et de la traçabilité sont revenus à plusieurs reprises dans la bouche des délégués.

ASRA

Les producteurs ont voté une troisième résolution, cette fois sur la sécurité du revenu. La Financière agricole du Québec compte s’appuyer sur une récente étude du Centre d’études sur les coûts de production en agriculture pour établir le montant d’aide disponible en vertu du programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA).

Or, les éleveurs estiment que cette étude n’est pas représentative de la réalité et ne leur permettra pas de dégager les marges nécessaires pour investir dans leur entreprise. Les producteurs demandent donc à la Financière de ne pas l’intégrer dans la couverture de l’ASRA et de maintenir celle du modèle précédent.