fbpx
L’une des solutions pour réduire les odeurs liées aux activités d’équarrissage de l’entreprise Sanimax est d’aider les producteurs porcins à s’équiper de chambre froide pour conserver les animaux morts avant leur ramassage. Photo : Archives/TCN

L’une des solutions pour réduire les odeurs liées aux activités d’équarrissage de l’entreprise Sanimax est d’aider les producteurs porcins à s’équiper de chambre froide pour conserver les animaux morts avant leur ramassage. Photo : Archives/TCN

Gestion des porcs morts à la ferme : le projet pilote réajuste son tir

Le programme d’aide financière visant l’amélioration de la gestion des porcs morts à la ferme, lancé en juillet 2022 par les Éleveurs de porcs du Québec pour amoindrir les odeurs liées aux activités d’équarrissage de l’usine Sanimax de Lévis, a fait ressortir des lacunes dans les solutions de réfrigération accessibles aux producteurs.

La plupart des demandes déposées, une cinquantaine jusqu’ici sur un objectif de cent, ont principalement été faites pour l’achat de composteur, rapporte Raphaël Bertinotti, responsable de la gestion de ce programme aux Éleveurs de porcs du Québec.  « C’est une solution beaucoup plus connue des producteurs porcins, puisqu’il y en a déjà plusieurs qui l’utilisent. De plus, les fournisseurs sont nombreux à offrir de tels équipements », ajoute-t-il.

Or, le volet réfrigération du programme, permettant de rembourser 60 % des frais d’aménagement d’une chambre froide ou de congélateurs pour entreposer les porcs morts avant leur ramassage par un équarrisseur, n’a pas été très populaire. « C’est pourtant le volet qui peut avoir un effet important pour Sanimax, puisque plus les carcasses sont bien conservées, plus la problématique des odeurs peut être amoindrie après le ramassage », explique M. Bertinotti.

Après avoir sondé leurs membres, les Éleveurs de porcs se sont aperçus que le peu d’intérêt pour ce volet s’expliquait notamment par le manque de solutions clé en main ou par des équipements peu résistants aux gaz présents dans les porcheries. C’est l’entreprise Sanimax qui a donc repris la balle au bond en développant avec quelques fournisseurs des solutions mieux adaptées au secteur, comme des conteneurs réfrigérés facilement aménageables près des installations porcines. « On a estimé qu’avec une subvention qui couvre 60 % des frais pour ce type d’équipement, qui peut coûter environ 35 000 $, l’investissement devenait pratiquement à coût nul pour les producteurs, puisqu’une chambre froide leur permet de réduire la fréquence de ramassage par Sanimax », précise le responsable.

Bonification de l’aide accordée

Les montants disponibles pour chacun des quatre volets du programme (aménagement d’écran visuel ou de positionnement des bacs pour le ramassage des animaux morts; achats de bacs de récupération; aménagement d’un espace de réfrigération ou de congélation; et méthodes alternatives d’élimination, comme le compostage ou l’enfouissement) ont également été bonifiés en décembre pour inciter plus de producteurs à profiter de cette aide. « Car, avec l’inflation, on a aussi réalisé en cours de route que les projets déposés demandaient des investissements plus élevés que nos premières estimations », poursuit M. Bertinotti.

Rappelons que ce projet pilote d’aide financière, dont la gestion est assumée par les Éleveurs de porcs, dispose d’une enveloppe totale de 2,5 M$ accordée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec. Les producteurs ont jusqu’au 23 mars pour déposer leurs demandes.