fbpx

Des fonds pour la diarrhée épidémique porcine

Les États-Unis débloquent 26,2 M$ pour combattre la diarrhée épidémique porcine (DEP) et le deltacoronavirus (DCVP).

Cet argent servira notamment à soutenir le développement de tests de dépistage et de vaccins ainsi que la mise en place de mesures de biosécurité.

Le département américain de l’Agriculture (USDA) rend du même coup obligatoire la déclaration des nouveaux cas de ces maladies. En un an, l’industrie estime que la DEP a tué environ sept millions de porcelets, causant ainsi un énorme coup dur aux éleveurs de porcs, a déclaré le secrétaire américain à l’Agriculture, Tom Vilsack.

En raison de cette épidémie, le nombre de porcs prêts à être commercialisés cet été pourrait chuter de plus de 10 %. « Au cours de la dernière année, les consommateurs ont vu le prix de la viande porcine augmenter de près de 10 % », a rappelé le dirigeant de l’USDA. Onze pays ont également limité leurs importations de porcs vivants en provenance des États-Unis.

Depuis le mois de mai 2013, la maladie s’est propagée dans 30 États. Le dernier bilan du gouvernement américain indique plus de 7 100 cas.

Canada

Du côté du Canada, un nouveau cas de DEP a été identifié en Ontario le 4 juin. Il s’agit du premier cas détecté au pays depuis le 9 mai. Le Canada recense 59 cas.

Pour sa part, le Québec se révèle exempt de la maladie. Dans son dernier avis publié le 6 juin, l’Équipe québécoise de santé porcine (ÉQSP) rappelle que la menace de la DEP et du DCVP est toujours présente. L’organisation poursuit sans relâche l’amélioration de sa stratégie de prévention contre ces deux maladies. Elle a rencontré récemment des représentants d’Ontario Pork dans le but d’arrimer les stratégies de lutte des deux provinces afin de minimiser les risques d’introduction de la DEP et du DCVP dans les troupeaux porcins québécois.