fbpx
Les blessures aux trayons surviennent le plus souvent quand la vache se lève. Crédit photo : Archives/TCN

Les blessures aux trayons surviennent le plus souvent quand la vache se lève. Crédit photo : Archives/TCN

Comment traiter les blessures aux trayons

Les lacérations observées sur les trayons des vaches laitières prennent souvent des allures dramatiques. Toutefois, le pronostic du retour à une fonction normale est bon si la blessure est traitée rapidement.

À la ferme, après avoir avisé le vétérinaire du problème, on amorce les soins en rinçant abondamment la lésion à l’eau froide et en la protégeant des contaminants de l’environnement, par exemple en appliquant un bandage temporaire ou en déplaçant l’animal dans une stalle ou un enclos propres. Le vétérinaire décidera de la suite des choses : soigner l’animal à la ferme ou au Centre hospitalier universitaire vétérinaire (CHUV), ou envisager l’amputation.

Les blessures du bout des trayons sont parfois difficiles à détecter avant d’avoir mis en place la trayeuse. Crédit photo : Archives/TCN

Les blessures du bout des trayons sont parfois difficiles à détecter avant d’avoir mis en place la trayeuse. Crédit photo : Archives/TCN

Les options

Les blessures du bout du trayon sont parfois difficiles à détecter avant d’avoir mis en place la trayeuse. Le débit du lait sera alors nul ou absent. L’examen du trayon révélera qu’il est plus ferme au pourtour du canal. Du sang pourra aussi être présent à la rondelle. Une canule peut être insérée délicatement. La facilité d’insertion et la longueur insérée avant l’obtention de lait sont des éléments intéressants à connaître afin de préciser le diagnostic. Si l’insertion est facile et que le lait s’écoule bien, une période de repos du trayon doit être entamée. Une fois le quartier vide, une mèche de silicone est introduite dans le canal. Il faut éviter à tout prix les mèches traumatiques du type Dr Naylor. La fréquence de la traite à la canule est déterminée selon le stade de lactation de la vache. Le quartier problématique peut être trait tous les trois jours si la bête le tolère bien. Après un repos de six à neuf jours, la traite mécanique peut recommencer. Si tout va bien, le tour est joué. Si le débit est toujours faible, mieux vaut contacter son vétérinaire. Une investigation approfondie sera nécessaire afin de préciser la nature du problème.

Lors de la manipulation des trayons, la propreté est essentielle : dans tous les cas, une mammite diminue significativement les chances de succès d’un retour en lactation d’un trayon blessé. 

Un brin d’anatomie

Le lait d’un quartier est vidé par le trayon et son canal papillaire. Ces structures, par leur localisation anatomique, c’est-à-dire situées au bout d’une énorme citerne de lait sur quatre pattes, sont fréquemment sujettes à des traumas de l’environnement ou de la vache lors du lever.

Dr Sylvain Nichols, médecin vétérinaire, Professeur agrégé à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal