fbpx
La vice-première ministre Chrystia Freeland s’était envolée pour le Mexique le 9 décembre, éveillant ainsi les soupçons d’entente imminente sur de nouvelles révisions de l’Accord. Crédit : Capture d’écran de CPAC

La vice-première ministre Chrystia Freeland s’était envolée pour le Mexique le 9 décembre, éveillant ainsi les soupçons d’entente imminente sur de nouvelles révisions de l’Accord. Crédit : Capture d’écran de CPAC

Un ACEUM amendé, mais pas en agriculture

Un pas de plus vient d’être franchi le 10 décembre à Mexico avec la signature par les trois pays membres d’une nouvelle version amendée de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM). Les amendements apportés à la demande du Congrès américain ne concerneraient toutefois pas le volet agricole.

Si le Mexique avait déjà ratifié l’ACEUM, le processus était au point mort depuis des mois aux États-Unis. Selon le réseau de télévision CTV, les droits des travailleurs au Mexique étaient au cœur d’un litige entre démocrates et républicains au Congrès américain. Les amendements négociés concerneraient également le secteur de l’acier et de l’aluminium : le Mexique devra dorénavant s’approvisionner à 70 % en Amérique du Nord.

Cependant, le secteur agroalimentaire ne semble pas avoir fait partie des nouvelles négociations. « Les concessions faites dans l’ACEUM auront des impacts négatifs sur le secteur laitier d’ici et viennent s’ajouter aux concessions faites dans le Partenariat transpacifique global et progressiste et l’Accord économique et commercial global par le gouvernement canadien. Nous suivrons le processus de ratification suivant la signature de cet accord et nous nous attendons à ce que le gouvernement soit au rendez-vous et respecte son engagement de dédommager les producteurs pour les impacts de ces accords commerciaux », a réagi le directeur adjoint aux communications, aux affaires publiques et à la vie syndicale des Producteurs de lait du Québec, Yanick Grégoire.

D’autres étapes restent à franchir avant l’entrée en vigueur du nouvel accord. Maintenant que la Chambre des représentants à majorité démocrate a donné son aval aux États-Unis, le Sénat majoritairement républicain devrait l’approuver rapidement. Une ratification américaine de l’Accord devrait survenir avant la fin de l’année. Pour sa part, le Canada ne souhaitait pas ratifier l’ACEUM avant que les républicains et les démocrates s’entendent. Cependant, il sera difficile de déposer un projet de loi aux Communes avant la fin de la session parlementaire qui se termine vendredi. Les parlementaires ne pourront ratifier l’accord avant leur retour, le 27 janvier.

Sur Twitter, le président Trump a vanté le nouvel accord commercial : « Ce sera le meilleur et le plus important accord commercial jamais conclu par les États-Unis. Bon pour tout le monde : agriculteurs, fabricants, industrie de l’énergie et syndicats, un soutien formidable », a-t-il indiqué.