fbpx
Les usines de transformation alimentaire canadiennes se dirigent globalement vers un profit record en 2016. Crédit photo : Archives/TCN

Les usines de transformation alimentaire canadiennes se dirigent globalement vers un profit record en 2016. Crédit photo : Archives/TCN

Record de profits en vue pour l’industrie agroalimentaire

Le Conference Board du Canada prévoit que l’industrie canadienne des aliments va atteindre des profits records de 4,3 G$ en 2016.

Selon l’organisation de prévisions économiques et de lobbying, c’est l’appétit pour les produits canadiens chez nos voisins du Sud et dans d’autres marchés étrangers qui explique cette bonne performance anticipée.

« Alors que la majorité des secteurs ont eu de la difficulté à saisir les occasions créées par un taux de change plus faible, des prix du pétrole plus bas et le raffermissement de l’économie américaine, le secteur de la transformation alimentaire a vu ses ventes continuer de croître », a déclaré Michael Burt, directeur des tendances industrielles du Conference Board du Canada, qui croit que les profits dans ce secteur vont demeurer sains pendant les cinq prochaines années, même si la compétition sera plus forte et aura un effet négatif sur les marges.

On estime une croissance des exportations d’aliments canadiens dans les pays émergents à 2,6 % par an jusqu’en 2020. Certaines denrées santé font encore mieux que la moyenne, comme les graines de chia dont la demande a augmenté de 70 % de 2011 à 2015 et celles du tef et du quinoa qui sont en hausse respectivement de 31 % et de 27 %.

Il y a toutefois un côté sombre dans la consommation intérieure au Canada. Le Conference Board estime en effet que les dépenses des Canadiens pour des aliments ou des boissons seront en baisse de 0,5 % cette année.

Toutes ces statistiques montrent l’importance des exportations et de l’ouverture des échanges commerciaux avec d’autres pays, ce qui est l’un des chevaux de bataille du Conference Board.