fbpx
Avec la fermeture de son usine de la rue Saint-Jacques à Saint-Hyacinthe, où sont menées les activités liées au fondoir, Olymel a également annoncé la fin de la production de saindoux. Crédit photo : Archives/TCN

Avec la fermeture de son usine de la rue Saint-Jacques à Saint-Hyacinthe, où sont menées les activités liées au fondoir, Olymel a également annoncé la fin de la production de saindoux. Crédit photo : Archives/TCN

Olymel annonce la fermeture d’une usine de Saint-Hyacinthe

Le transformateur Olymel vient d’annoncer la fermeture complète de son usine de la rue Saint-Jacques à Saint-Hyacinthe, en Montérégie. La centaine d’employés travaillant dans cet établissement, qui se spécialise dans des activités liées au fondoir, à l’entreposage et à l’emballage de produits de porcs, perdront leur emploi à partir du 10 février, a indiqué l’entreprise dans un communiqué le 17 novembre. Une réduction des activités d’emballage de cette usine avait déjà été annoncée le 8 juillet.

Le président-directeur général d’Olymel, Yanick Gervais, précise que cette décision s’inscrit dans le cadre de la réorganisation du secteur du porc frais, alors que les volumes de produits à emballer connaissent une diminution. « Fermer l’usine de Saint-Hyacinthe fait partie des mesures difficiles, mais nécessaires et responsables pour que le secteur du porc frais retrouve le chemin de la rentabilité après avoir subi de plein fouet depuis deux ans les impacts de la pandémie de COVID-19, de la pénurie de main-d’œuvre, de l’incertitude des marchés et de plusieurs autres facteurs qui composent une conjoncture défavorable », a-t-il expliqué.

Fin de la production de saindoux

Parce que des investissements importants devaient être faits au fondoir de l’usine de Saint-Hyacinthe, Olymel a également décidé d’abandonner la production de saindoux. La matière première servant à cette production sera désormais vendue à une entreprise externe.

De leur côté, les 107 employés ayant reçu un avis de licenciement ont accès à un plan de relocalisation dans les autres usines d’Olymel.

Rappelons que le la filiale de Sollio groupe coopératif avait aussi annoncé, le 18 octobre, l’abolition de 177 postes de cadres, dont 120 étaient déjà vacants, au sein de l’entreprise pour fins de restructuration.