fbpx
Le développement de la filière biomasse représente des investissements dits « responsables » pour Fondaction, un fonds créé à l’initiative de CSN. Crédit photo : Fondaction

Le développement de la filière biomasse représente des investissements dits « responsables » pour Fondaction, un fonds créé à l’initiative de CSN. Crédit photo : Fondaction

Un fonds de 20 M$ pour financer des projets de biomasse

Le développement du chauffage à la biomasse peut compter sur un appui de taille : un fonds de 20 M$ créé à parts égales par Fondaction, un fonds de travailleurs, et Investissement Québec. Déjà, sept projets ont été financés.

« On veut bâtir une masse critique de projets pour partir la roue avec ce type d’énergie, explique Claire Bisson, chef adjointe à l’investissement chez Fondaction. La biomasse est un bel outil pour créer des emplois en région, développer des expertises locales et lutter contre le réchauffement climatique. »

Serres, poulaillers et porcheries

Le Fonds Biomasse Énergie finance deux types de projets : les entreprises qui veulent convertir leur système de chauffage actuel à la biomasse et celles qui désirent produire et mettre en marché de la biomasse forestière.

Près de 25 serristes se sont dits intéressés par une éventuelle conversion à la biomasse telle que proposée par Claire Bisson et son équipe. « Certains joueurs majeurs de la production en serre sont déjà passés à la biomasse. On regarde le potentiel de conversion pour les entreprises de petite et moyenne taille. Chez certaines, la biomasse permettrait d’étendre la période de production. Elles pourraient répondre plus longtemps à la demande de produits locaux tout en diminuant leur empreinte carbone », indique Mme Bisson. Le chauffage des poulaillers et des maternités porcines représente aussi des projets intéressants à financer.

Du capital patient

Le Fonds peut financer un projet de conversion à 100 %, incluant les frais d’analyse de faisabilité. Le remboursement du prêt est toutefois particulier. Les entreprises n’ont pas de mensualités prédéterminées, comme c’est le cas avec un prêt standard. « Elles nous remboursent selon les économies qu’elles retirent de la conversion à la biomasse. Si les économies sont moins élevées en raison du prix de l’énergie, les paiements diminuent. Nous sommes ce qu’on appelle du capital patient », explique Mme Bisson.

Elle ajoute que le Fonds ne donne pas seulement accès à du financement, mais aussi à un réseau d’intervenants spécialisés dans la filière de la biomasse.