fbpx
Devant l’échec de négociation de la convention collective, échue depuis octobre 2019, les 480 employés syndiqués de l’usine de Victoriaville avaient entamé des moyens de pression le 14 juillet. Crédit : Centrale des syndicats démocratiques

Devant l’échec de négociation de la convention collective, échue depuis octobre 2019, les 480 employés syndiqués de l’usine de Victoriaville avaient entamé des moyens de pression le 14 juillet. Crédit : Centrale des syndicats démocratiques

Fin du conflit de travail chez Parmalat

Le conflit de travail chez Parmalat à Victoriaville a pris fin le 4 septembre. Les employés de l’une des plus importantes usines de transformation laitière de la province, qui transforme cinq à six millions de litres de lait par semaine, ont adopté une nouvelle convention collective de huit ans.

Devant l’échec de négociation de la convention collective, échue depuis octobre 2019, les 480 employés syndiqués de l’usine de Victoriaville avaient entamé des moyens de pression le 14 juillet. Si l’employeur parlait de grève, la partie syndicale disait être en lock-out. En entrevue à La Terre en août, le président des producteurs de lait du Québec, Daniel Gobeil, soulignait la bonne collaboration des autres transformateurs, mais se disait inquiet des pertes financières encourues par les producteurs.

Pour le propriétaire de l’usine de Victoriaville, Lactalis, l’objectif est maintenant de rétablir « le plus rapidement possible [la] capacité de production, afin de pouvoir transformer un plus grand volume de lait provenant de fermes laitières locales », a indiqué l’entreprise par voie de communiqué.