fbpx
Pendant que la tempête faisait rage dehors, l’humeur était au beau fixe à l’occasion de l’assemblée générale annuelle d’Agropur. Sur la photo : Robert Coallier, chef de la direction, et René Moreau, président. Crédit photo : Julie Mercier/TCN

Pendant que la tempête faisait rage dehors, l’humeur était au beau fixe à l’occasion de l’assemblée générale annuelle d’Agropur. Sur la photo : Robert Coallier, chef de la direction, et René Moreau, président. Crédit photo : Julie Mercier/TCN

Agropur, toujours en croissance

MONTRÉAL — Pour Agropur, les années se suivent et se ressemblent. En 2018, la coopérative a réalisé un chiffre d’affaires record de 6,7 G$, en hausse de près de 5 % par rapport à 2017.

Agropur se tire bien d’affaire malgré la nette régression des prix mondiaux du lactosérum et l’importante diminution de prix du bloc de fromage. Cette conjoncture, qui découle notamment de la surproduction laitière des États-Unis, fait toutefois reculer son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements de 362 M$, en baisse de 18,5 % par rapport à 2017. Cette année-là, la plus grande coopérative laitière du Canada avait enregistré les meilleurs résultats de son histoire. Pour 2018, ses 3 161 membres producteurs de lait se diviseront plus de 65,2 M$, soit la même ristourne que l’année d’avant.

Au cours de son dernier exercice, Agropur a réalisé des investissements sans précédent. Au Canada, ceux-ci se chiffrent à 153 M$. Aux États-Unis, la coopérative, qui fait partie des 20 plus grands transformateurs laitiers au monde, poursuit son plus vaste chantier à ce jour. Le projet de 255 M$ permettra de tripler la capacité de son usine de Lake Norden au Dakota du Sud. Agropur réalise près de la moitié de ses activités aux États-Unis et cette proportion augmente d’année en année, a précisé son chef de la direction, Robert Coallier.

Monnaie d’échange

Les dirigeants d’Agropur ont eu des mots durs à l’égard d’Ottawa pour la conclusion de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM). « Pour la 3e fois en quelques années, le gouvernement canadien a sacrifié une partie de notre système de gestion de l’offre. […] L’industrie a de nouveau servi de monnaie d’échange », a souligné son président René Moreau, dont c’était la dernière assemblée générale annuelle. Sous le thème « Meilleur lait. Meilleur monde », l’événement se tenait à huis clos. Le successeur de M. Moreau sera nommé par le conseil d’administration le jeudi 14 février.