fbpx
Jacques Dallaire ajoute à sa moissonneuse-batteuse une vis sans fin couplée à un ventilateur, ce qui envoie « la petite paille » contenant du CBD dans une voiture à ensilage. Photo : Martin Ménard/TCN

Jacques Dallaire ajoute à sa moissonneuse-batteuse une vis sans fin couplée à un ventilateur, ce qui envoie « la petite paille » contenant du CBD dans une voiture à ensilage. Photo : Martin Ménard/TCN

Une modification d’équipement génère 1 000 $/ha de plus

Des producteurs de grandes cultures du Lac-Saint-Jean réussissent maintenant à obtenir un supplément de 1 000 $ l’hectare pour leur récolte de graines de chanvre grâce à l’ajout d’une machine derrière leur moissonneuse-batteuse.

Cet équipement particulier leur permet de récupérer « la petite paille », un résidu de récolte autrefois inutilisé qui contient une substance thérapeutique, du cannabidiol (CBD). « Il y a un gros buzz sur le CBD; la demande explose », affirme Jacques Dallaire, un agriculteur d’Hébertville, près d’Alma. Cette demande pour le CBD l’a motivé à recueillir ses résidus de culture qu’il vend aujourd’hui à SiliCycle inc., une compagnie de Québec qui œuvre dans les produits pharmaceutiques.

« La petite paille contient 1 à 2 % de CBD. On en récolte environ 500 kg à l’hectare, ce qui donne à peu près 1 000 $/ha. C’est assez simple à récolter. Là où on a plus de difficultés, c’est de maîtriser les techniques de séchage et de conditionnement. C’est comme dans n’importe quoi; on commence », explique M. Dallaire, de la Ferme Jacques Dallaire. Ce nouveau marché l’enthousiasme. « Je suis à l’aube de la retraite, mais je peux te dire que je m’amuse. On développe des marchés, on invente des techniques, c’est fascinant », affirme l’agriculteur avec passion.