fbpx
Le temps file, et les producteurs américains devront tôt ou tard se décider sur leur choix de semis. Crédit photo: Archives/TCN

Le temps file, et les producteurs américains devront tôt ou tard se décider sur leur choix de semis. Crédit photo: Archives/TCN

Shutdown américain : « On navigue les yeux bandés »

Le congé forcé des fonctionnaires fédéraux américains paralyse la diffusion d’information sur le secteur des grains.

« Habituellement, [le département de l’Agriculture des États-Unis] publie un rapport à la mi-janvier sur les résultats finaux des cultures passées et sur les stocks trimestriels. Mais présentement, avec le shutdown, il n’y a rien. On n’a pas d’information; on navigue les yeux bandés », explique Simon Brière, stratège de marché chez R.J. O’Brien & Associates Canada. Faute de nouvelles précises, les marchés ne bougent pas et les prix restent au même niveau depuis quelques semaines.

Et la Chine…

Le shutdown a un impact, mais pas autant que le conflit commercial entre la Chine et les États-Unis. Les marchés seront très réactifs advenant la fin du conflit ou l’envenimement de celui-ci. Mais dans l’intervalle, le temps file, et les producteurs américains devront tôt ou tard se décider sur leur choix de semis. Si leurs exportations de soya sont encore visées par des barrières tarifaires chinoises, le nombre d’hectares semés en soya en 2019 pourrait diminuer, entraînant des conséquences sur les autres cultures et, par la bande, sur les producteurs québécois.