fbpx

Néonicotinoïdes: l’Ontario songe à légiférer

Le gouvernement ontarien consultera les producteurs concernant l’usage des pesticides de la famille des néonicotinoïdes.

Le ministre de l’Agriculture de l’Ontario, Jeff Leal, a affirmé que la province souhaitait s’éloigner de l’usage intensif des pesticides à base de néonicotinoïdes, a révélé CBC News. Ces pesticides sont soupçonnés de jouer un rôle clé dans le déclin des colonies d’abeilles. Une nouvelle méta-analyse de près de 800 articles scientifiques affirme également que les néonicotinoïdes causeraient des dommages importants à de nombreuses espèces d’invertébrés utiles.

Au cours des prochains mois, l’Ontario consultera donc les agriculteurs, l’industrie et des spécialistes de l’environnement afin d’évaluer des options pratiques, incluant la mise en place d’un système de permis pour l’utilisation des néonics, a précisé le ministre Leal. Les nouvelles mesures pourraient être mises en œuvre en 2015.

Au Québec, la perspective que l’Ontario restreigne de façon significative l’utilisation de ces pesticides a soulevé l’inquiétude de la Fédération des producteurs de cultures commerciales du Québec (FPCCQ). Cette dernière accorde sa pleine confiance à l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), l’organisme chargé de la réglementation des pesticides au Canada. « Le fédéral fait déjà son travail, le provincial n’a pas à jouer dans ses plates-bandes! Faisons confiance aux autorités compétentes, sinon, tout le système réglementaire fédéral risque de perdre sa crédibilité », a déclaré le président de la FPCCQ, Christian Overbeek.

Des projets de recherche sont actuellement en cours pour documenter adéquatement, d’un point de vue scientifique, les divers aspects entourant l’utilisation de cette classe de pesticides dans le traitement des semences. « […] ces projets viennent juste de démarrer; je ne vois pas comment on peut en arriver à une conclusion aussi drastique avant d’avoir l’ensemble des résultats », a ajouté M. Overbeek. L’implication des producteurs dans les projets de recherche s’ajoute aux différentes actions entreprises par la Fédération pour sensibiliser les producteurs à l’importance de la cohabitation avec les autres secteurs de production, et d’entreprendre les initiatives et actions nécessaires afin de réduire l’exposition des pollinisateurs aux poussières lors des semis.

« Les producteurs de cultures commerciales, des entrepreneurs dont la rentabilité dépend en grande partie des technologies, souhaitent collaborer dans ce dossier et s’engagent à suivre les indications de l’ARLA, mais entre-temps, les producteurs de grains de la province continuent d’utiliser les produits phytosanitaires qui sont à leur disposition de façon réfléchie et responsable, comme ils l’ont toujours fait », a conclu Christian Overbeek.