Crédit photo: Jean Laliberté

Crédit photo: Jean Laliberté

L’opération foin s’organise dans l’est du Québec

Lancée la semaine dernière, l’opération foin s’organise et trois options s’offrent aux producteurs dont les fourrages ont été décimés par la sécheresse dans l’est du Québec.  

C’est la Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent qui prend les choses en main en coordonnant un regroupement d’achat et de vente de foin pour faciliter les recherches des producteurs affectés.

La coordonnatrice Audrey Dionne et deux secrétaires répondent aux appels des producteurs et colligent leurs informations selon qu’ils recherchent, donnent ou vendent des fourrages pour tous types d’animaux. Les producteurs acheteurs seront ensuite dirigés vers les vendeurs. « On veut essayer d’organiser le transport aussi », souligne la directrice régionale, Johanne Laplante.

La Gaspésie évalue aussi la possibilité de mettre en place une initiative du genre. L’agronome et directeur de la Fédération de l’UPA Gaspésie-Les Îles, Marc Tétreault, affirme que les producteurs de sa région sont également touchés par la sécheresse. « On fait un recensement auprès de nos membres pour connaître les besoins », souligne-t-il.

La deuxième option consiste, pour les producteurs solidaires qui auraient des fourrages à offrir ou à vendre, à afficher une petite annonce gratuitement dans La Terre de chez nous. Pour publier votre annonce, contactez le service à la clientèle au 1 877 679-7809 et faites l’option 1, ou envoyez votre texte à annoncesclassees@laterre.ca.

La troisième option est d’utiliser la plateforme de commerce de foin et de paille en ligne Haybec.com, un site géré par trois coopératives : le Groupe Dynaco, la Coop Purdel et la Coop Matapédienne. La recherche peut s’effectuer par région et par type de fourrage.

La Financière

La Financière agricole du Québec analyse actuellement les données de la première coupe de foin, mais confirme que les producteurs affectés recevront une avance « dès le mois d’août ». « La Financière évalue actuellement toutes les données afin de planifier une avance dans les meilleurs délais, notamment pour la récolte de foin », a souligné le ministre Lessard par voie de communiqué le 23 juillet.

Rappelons que dans le Bas-Saint-Laurent, les producteurs essuient des pertes pour une deuxième année consécutive. Les réserves de foin s’épuisent et jusqu’à maintenant, la récolte 2018 est désastreuse. La Gaspésie et le nord du Lac-Saint-Jean vivent le même problème.

Avec la collaboration de Martin Ménard.