fbpx

Les semis bio du patrimoine arrivent en ville

a9f9251c2cad5fb7b5b34e477c3da6e3

Il est de plus en plus facile pour les citadins de trouver des produits bio dans les marchés publics, les épiceries et les magasins spécialisés.

D’ailleurs, plusieurs d’entre ceux qui s’adonnent à l’agriculture urbaine sont maintenant à la recherche de semis bio pour produire eux-mêmes leurs fruits et légumes préférés sur le toit de leur maison, leur balcon, leur cour arrière, ou au jardin communautaire.

Pourquoi ne pas contribuer à la biodiversité en cultivant des plants du patrimoine?

C’est à ce besoin que veut répondre Stephen Homer, qui exploite la Ferme du Zéphyr, une petite entreprise maraîchère bio à Senneville, dans l’ouest de l’île de Montréal, un site bordé par le lac des Deux-Montagnes, à peu près inconnu des Montréalais. Chaque année,

M. Homer produit plus de 7000 semis de tomates, poivrons, aubergines, brocolis, choux, fines herbes et autres, dont plus de la moitié sont vendus directement aux citadins. En plus d’offrir des paniers bio, accrédités par Ecocert Canada, il permet aussi à ses clients de cultiver eux-mêmes une grande variété de légumes qu’ils risquent peu de trouver en épicerie. « Nos plantes du patrimoine sont issues de la pollinisation ouverte et germées depuis des graines rares préservées durant des générations et des générations, explique l’agriculteur. Nous offrons à nos clients la possibilité de goûter à ce que mangeaient nos ancêtres. À ce que la production de masse nous a fait perdre. »

Plus de 150 variétés de semis de différents légumes sont démarrées à la ferme. C’est évidemment la tomate qui prend la part du lion avec plus de 65 variétés. À titre d’exemple, la Ferme du Zéphyr offre cinq tomates noires : la Noire de Crimée (Black Krim), la Black Plum, la Black Prince, la Black Zebra et la Paul Robeson. Autant de goûts, de couleurs et de textures à redécouvrir.

Chacun des plants se vend 4 $. « J’en ai vu de la tomate Yellow Brandywine à 2,69 $ l’unité chez Réno-Dépôt. C’est moins cher que mes plants bio, mais je suis sûr que les miens sont en santé et qu’ils donneront des fruits », dit l’agriculteur afin d’illustrer combien il est difficile pour une petite entreprise de concurrencer les gros, même dans ce nouveau marché.

Mise en marché

Les semis de légumes bio du patrimoine sont vendus aux consommateurs à la Coop la Maison verte, située dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, avec laquelle la Ferme du Zéphyr a développé un partenariat. Les consommateurs peuvent commander leurs petits plants bio du patrimoine dès le 12 février sur Internet ou en passant à la Coop pour y consulter le catalogue. Cette année, ils sont disponibles du 7 mai à la mi-juillet. Pour ceux qui n’ont pas commandé, c’est premier arrivé premier servi.

Trois autres partenaires montréalais participent à la distribution des semis. Il s’agit des coopératives de solidarité du Grand Orme (Sainte-Anne-de-Bellevue), le Cabaret des Bons Voisins (Pointe-Claire) et la Coopérative Terre à Soi (Hochelaga-Maisonneuve). Ces coopératives sont également des points de chute pour les paniers bio.

Abonnement fidélité

Pour les consommateurs qui souhaitent soutenir la Ferme du Zéphyr, mais qui trouvent la formule des paniers bio trop contraignante à cause des vacances estivales, des voyages à l’étranger ou de la variété trop petite ou trop grande de certains légumes, on offre un abonnement fidélité au marché. Une carte de membre de 300 $, 400 $ ou 500 $ accorde un crédit majoré de 15 % sur les légumes de la Ferme du Zéphyr. Ils sont disponibles à la Maison verte et au Cabaret des Bons Voisins, de la mi-juin à la fin de l’automne, selon un horaire fixe. « Cette formule permet de satisfaire ceux à qui la formule de l’ASC ne convient pas et de les conserver comme clients », conclut Stephen Homer.