fbpx

L'avenir passe par la fine fleur de leur moulin

3a3111d1f0e96d4e461b1fbe27f01b18

Ils sont jeunes. Ils exploitent une ferme dans un rang de L’Avenir, au sud de Drummondville, pour y produire des grains biologiquesq u’ils transforment en farine, en pâtes alimentaires et en pain.

Ils viennent de construire un moulin, le Moulin La Fine Fleur, où ils veulent accueillir les visiteurs parce que au-delà de leurs enfants et de la culture biologique, ils aiment aussi échanger avec les gens.

270 acres de céréales

Ils caressent le projet de transformer leur ferme en petite entreprise agrotouristique tout en continuant, bien sûr, la production et la transformation de céréales qu’ils sèment sur 270 acres. Ils cultivent du blé, de l’épeautre, du seigle, de l’avoine, du soya et de la luzerne depuis une dizaine d’années environ. « Elles sont toutes certifiées biologiques », précise Julie Tessier.

La transformation de certaines de leurs céréales ne se fait que depuis deux ans. Ils font de la farine de blé, d’épeautre et de seigle. La productrice se métamorphose elle-même en cuisinière, depuis ce printemps, pour faire du pain, des viennoiseries, des biscottis et plusieurs types de pâtes comme des spaghettis et des linguines.

Pourquoi avoir décidé de cultiver des céréales biologiques? « Étienne n’aimait pas travailler avec les pesticides. Il avait toujours eu cette idée, un jour, de produire des grains biologiques. Quand un de nos amis boulanger nous a confié qu’il cherchait des produits locaux biologiques pour sa cuisine, le déclic s’est fait », ajoute Julie Tessier.

Un marché surtout local

Leurs produits sont vendus localement, écoulés surtout via Internet. « Les gens passent leur commande en ligne, et nous la leur livrons par la suite. Nous aimons réellement le contact avec les gens », explique Étienne Poirier, qui a d’ailleurs inscrit l’entreprise sur Facebook.

C’est d’ailleurs en partie ce qui les a incités à se lancer dans ce type de production et dans la transformation. « Nous avons une rétroaction immédiate sur nos produits. Nous pouvons échanger avec les gens que nous nourrissons », fait valoir Julie Tessier.

Le Moulin La Fine Fleur, le long de la route Boisvert, à L’Avenir, constitue désormais la continuité des deux jeunes producteurs et transformateurs qui souhaitent, grâce à l’agrotourisme, faire découvrir aux visiteurs non seulement leurs produits du terroir, mais aussi leur beau coin de pays.